Robby star des enchères

Petite news spéciale que l’on ne pouvait passer sous silence: Robby, le célèbre robot de la Planète interdite de Fred Wilcox (et accessoirement mascotte de Celluloïdz…), a battu les records d’enchères pour un objet culte du cinéma. Le brave serviteur du professeur Morbius, cédé avec sa superbe voiture (quelque part entre la batmobile et la playstation 2), est parti pour la rondelette somme de 5,37 millions de dollars (4,57 millions d’euros) lors d’une vente organisée par la maison Bonhams le 21 novembre dernier à New York. Précédent record, la fameuse robe du mythique « Happy Birthday » de Marilyn Monroe et ses 4,8 millions de dollars est donc battue à plates coutures. Faut dire aussi que plus qu’un simple vêtement, Robby le robot n’a pas de prix !

Conçu par Robert Kinoshita spécialement pour le film de Wilcox, le robot culte avait coûté 125 000 dollars (de l’époque). Construit en royalite, un plastique léger utilisé à l’époque pour fabriquer les valises, mais comprenant tout un tas de mécanismes faisant tourner ses radars et allumer ses diodes, il restait une torture pour les cascadeurs Frankie Darro et Frankie Carpenter, chargés d’enfiler l’imposant costume. Pas sûr de toute façon que l’heureux acquéreur anonyme (qui ne ferait apparemment pas parti de notre équipe…) ait le projet d’arborer son super déguisement pour le prochain Halloween.

Allez, je vous laisse avec son plus célèbre caméo dans Gremlins où il croise brièvement Steven Spielberg… Quelle star ce Robby !

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About HollyShit

C’est un endroit extraordinaire dont le nom s’affiche fièrement à front de colline (le « O » est à Alice Cooper et le « Y » à Hugh Hefner !) : cité des anges où tout le monde a un sexe, Mecque où les juifs sont bienvenus, usine à rêve désormais spécialisée dans le recyclage … Les étoiles tapissent ses trottoirs à défaut de pouvoir percer les nuages de pollution. Sous son soleil paradisiaque, la neige y tombe pourtant toute l’année, importée directement de Colombie. Là-bas, les nourrissons tètent du lait au silicone et les mexicains rêvent d’avoir des guatémaltèques pour récurer leurs toilettes. Ce pays sera ici représenté par un émissaire qui n’y a jamais foutu un pied et qui signe « Clém’ » à la pointe du stylet de sa palette graphique.