Critique: Halt and Catch Fire (saison 1)

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)

.

Halt And Catch Fire (saison 1)

De Christopher Cantwell et Christopher C.Rogers

Avec Lee Pace, Mackenzie Davis, Scoot McNairy, Kerry Bishé et Toby Fuss

Etats-Unis– 2014 – 10 épisodes de 42mn

Rating: ★★★★★

HALT AND CATCH FIRE

Gordon Clark, pas si vieux concepteur de génie végète en cette année 1983 dans les bureaux de Cardiff Electrics, Dallas, Texas lorsqu’il est approché par le très mystérieux et très trouble Joe MacMillan, jeune loup aux dents longues, qui lui avoue s’ être fait embaucher chez Cardiff juste pour pouvoir l’approcher. Ce dernier souhaite en effet reprendre un projet que Gordon (et sa tout aussi talentueuse épouse, Donna) avait conçu il y a deux ans et qui s’était avéré un cuisant échec au COMDEX (une importante convention) avec l’aide de Cameron, une jeune programmatrice virtuose mais instable et rebelle, qui devrait prendre en charge à elle seule l’écriture du BIOS. Sachant que sa femme et lui ont déjà du mal à joindre les deux bouts, Gordon s’avérera quelque peu réticent au départ mais Joe n’est pas du genre à s’en laisser compter par un si petit obstacle. Ni par quelque obstacle que ce soit à vrai dire, au point que s’en est presque… effrayant.

Les États-Unis revisitent beaucoup leur propre histoire sur le petit-écran ces temps-ci, si le western connaît un renouveau certain, il semble que les concepteurs de série s’intéressent également aux pionniers d’ères un peu plus proche de nous. Tandis que la chaîne WGN revisite les coulisses de la conception de la bombe atomique au travers de l’excellente série Man(a)tthan (dont nous essaierons de vous parler très bientôt), AMC s’intéresse elle aux grandes heures de la révolution informatique. Pressentie un temps pour soit-disant combler le vide laissé par Breaking Bad, la série n’aura pas connue le succès escompté, toutefois à la surprise générale, la chaîne américaine consentira à la mise-en-chantier d’une deuxième saison. Et c’est tant mieux, car celle-ci s’avère absolument passionnante dès le premier épisode, et les 9 autres s’avèreront très très riches en rebondissements. La faute à des qualités d’écriture formidables à la hauteur de l’indétrônable prédécesseur précédemment cité, renouant avec un esprit d’émulation assez proche du film de Vincente Minelli Les Enchaînés grâce à un excellent travail de caractérisation qui générera tout à fait organiquement et avec subtilité l’ensemble des péripéties de cette première saison. Il n’y a que certains soi-disant incorruptibles qui arrivent encore à voir là-dedans de la prétention, de l’opportunisme et un final discutable. Au contraire la série nous propose une intéressante déambulation en parallèle de la Grande Histoire, portée par des personnages que cette dernière ne retiendra peut-être pas (mais après tout, le titre même de la série n’a pas encore eu tout à fait l’occasion de prendre tout son sens) et ce final tant conspué s’avère en fait une très belle mise en place pour un deuxième acte tout à fait prometteur.

Et puisque l’interactivité est au cœur de la thématique de cette première saison, la page officielle Facebook demande aux spectateurs ce qu’ils aimeraient qu’il arrive aux personnages principaux, j’ai donc pour ma part suggéré qu’après un retour aux sources tout à fait déduisible à la fin du dernier épisode, Joe serait sans-abri pendant quelques temps histoire d’apprendre le prix des choses, Gordon continuerait son ascension, entrant de plain-pied dans l’univers de la jet-set, de la coke et des strip-teaseuses jusqu’à ce qu’une party tourne mal tandis que Cameron rencontrerait des hackers militants. Beaucoup d’internautes dont je fais d’ailleurs partie ont également suggérés qu’on devrait la voir toute nue au moins une fois par épisode, ce qui est complètement défendable à plein de niveaux. Après visionnage de cette superbe première saison, il n’est pas dit que vous n’ayez pas vous-mêmes envie d’influer sur la destinée des personnage de ce très sympathique univers.

 

Nonobstant2000

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Nonobstant2000

Le samedi soir il mange des chips. Pas de catch, pas de foot; si tu veux tu peux venir!