Critique: God Help The Girl

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

God Help The Girl

de Stuart Murdoch

Avec Emily Browning, Olly Alexander, Hannah Murray, Pierre Boulanger

Grande -Bretagne – 2014 – 1h41

Rating: ★★★☆☆

b3b17a63e62fa049876d7085b01458dbb19b0e84

Eve est une jeune femme anorexique est dépressive, internée dans un hôpital d’où elle fugue régulièrement. Lors d’un concert, elle rencontre James, musicien timide, et Cassie à qui ce dernier donne des cours. Tous les trois décident de former un groupe de pop.

Album concept datant de 2009 et chapeauté par Stuart Murdoch du groupe Belle & Sebastian, God Help the Girl se voit adapté à l’écran après un passage par Kickstarter.

Une sorte de comédie musicale pas bien réalisée et qui part dans tout les sens, mais dont le sujet est traité avec tellement d’humanité qu’on aura bien du mal à en vouloir au réalisateur.
La musique est un art particulier, primal, qui communique des émotions comme nul autre.
Ici, il est la raison de vivre de Eve, la seule chose qui lui donne l’espoir d’aller bien tout simplement.

Ponctué des chansons de l’album alternant pop symphonique et ballades mélancoliques, il est regrettable que Murdoch hésite tant entre la pure comédie musicale et le teenage movie, les morceaux étant placés de ci de la afin de souligner au forceps les émotions de ses personnages. Reste tout de même un trio d’acteur très attachant, notamment Emilie Browning qui joue très bien pour une fois.

La musique comme remède à la dépression est un très beau sujet, partiellement réussi ici, mais dont le regard empreint de mélancolie sans pathos et pleurnicherie ne laisse pas indifférent. Sur ce je m’en vais d’ailleurs ré-écouter l’album, qui est très bien.

Evilhost

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

Critique de Edge of Tomorrow
“Engagez-vous qu’ils disaient…”
Critique de Hours
"Et moi pendant c'temp là, j'tournais la manivelle"
Critique : Microbe et Gasoil" style=" background: transparent url(http://www.celluloidz.com/./wp-content/uploads/2015/07/MICROBE-ET-GASOIL-150x59.jpg) no-repeat scroll 0% 0%; width: 150px; height: 150px; ">
Critique : Microbe et Gasoil
Il n’y a pas d’amour heureux

About Evilhost

Venu du futur pour empêcher Argento de devenir aussi mauvais qu’Uwe Boll, j’ai malheureusement échoué dans ma mission. Ainsi donc, je suis bloqué dans cette réalité alternative ou Spielberg est considéré comme un génie, condamné par les dieux du bis à mater en boucle et pour l’éternité la filmo de Jean Luc Godard.