Un trailer pour No Good Deed, le home invasion avec Idris Elba

 
 

Si tu nous lis régulièrement, cher lecteur attentif, tu n’es pas sans savoir qu’à Cellulo, on a tout un vivier d’acteurs qu’on adore, au point de régulièrement débattre sur qui est le meilleur (ou la meilleure). Non pas que nous ayons un caractère de fanboys – and girls –  au point de collectionner les posters et fiches bio à leur effigie, mais on peut dire d’une certaine manière que nous aimons suivre leur parcours, leurs choix de carrière, etc.

En tant que superbe acteur britannique, Idris Elba fait bien évidemment parti de ce panel d’acteurs que l’on chérit. A l’époque de la série The Wire, Skreemer criait déjà au génie. Depuis, Elba a su imposer sa stature, sa voix suave mais surtout prouver qu’il pouvait incarner n’importe quel rôle, de Prometheus à Pacific Rim en passant par Mandela.

En grande fan d’horreur et d’Idris, il me tardait un peu de le voir sous un angle plus badass. Il semblerait que la Fée Cinéma m’ait entendue, son nouveau film,  » No Good Deed » se présentant joliment dans cette première bande annonce comme un bon home invasion des familles, où un Idriss en fuite se retrouve à prendre en otage  une femme et sa petite fille vivant dans une maison isolée.  Ah! Et en prime la réalisation est signée Sam Miller, avec qui Idris avait bossé sur la série Luther.   Pas de date FR annoncée, mais ça sort à l’automne aux USA.

 

 

Lullaby Firefly

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.