Critique de The Agent

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

 

 The Berlin File

De Ryoo Seung-Wan

avec Jung Hoo-Wa, Ryu Seung-Beom, Han Suk-Kyu, Jun Ji-hyun

Corée du sud – 2013 – 2h00

Rating: ★★★★☆

 

 

Deux années après son excellent thriller The Unjust, Ryoo Seung-Wan, spécialiste du film d’action coréen nous revient pour la séance d’ouverture de la nouvelle édition de l’Etrange festival avec un film d’espionnage du plus bel écrin: The Berlin file.

Berlin, suite à l’échec d’une transaction impliquant des représentants de l’Axe du mal, la Corée du Nord persuadée d’avoir une taupe parmi ses employés dépêche un agent afin d’enquêter et de prêter main forte à Pyo, espion émérite et héros du Parti, dans sa mission. Le rapport de l’enquête semble désigner comme coupable: Ryeon une jeune interprète qui travaille à l’ambassade et compagne du héros.

Ryoo Seung-Wan (Crying Fist, City of Violence, Crazy Lee), cinéaste de genre grand public,et technicien chevronné, semble depuis quelques temps se tourner vers des histoires plus matures, tout en continuant d’exercer dans le domaine du cinéma grand spectacle.

The Berlin File (The Agent en France) démarre comme un film d’espionnage réaliste impliquant de nombreux intervenants et agences de renseignements étrangères. De cet imbroglio diplomatique internationale dont on a du mal à comprendre quels sont les tenants et aboutissants, le réalisateur lève le voile sur son intrigue et fait le point sur les réels enjeux de son récit. Son scénario, construit en forme d’entonnoir, se resserre progressivement sur les personnages principaux, en abandonnant toutes les histoires secondaires, et leurres scénaristiques pour se conclure dans un duel au sommet.

Le film opère une rupture de ton radicale dans le dernier tiers du métrage et bascule dans l’action pur jus, ouvrant les hostilités sur une bagarre mémorable dans l’appartement de Pyo (Jung Hoo-Wa) qui se conclue de façon magistrale sur la verrière de la cour de l’immeuble berlinois de l’agent nord-coréen.

Une fois n’est pas coutume le héros de cette intrigue d’espionnage, Pyo, est membre du camp adverse, son personnage parfaitement interprété par Jung Hoo-Wa, découvert entre autres dans The Chaser et The Murderer de Hong Jin- Na, a droit à un traitement peu commun réservé à l’ennemi fraternel. Jamais caricatural, il n’est ni sournois ou belliqueux. L’acteur est parfaitement crédible dans son rôle en proie à un choix cornélien, obéir aveuglément aux ordres et condamner celle qui l’aime au nom du parti ou la confronter et découvrir sa version des faits. Face à lui on retrouve l’épatant Ryu Seung- Beom, frère cadet du réalisateur, qui prête son charisme à un personnage au comportement froid et inquiétant, et se révèle foudroyant et létal quand il déploie ses qualités martiales dans les scènes d’actions.

Quant à la réalisation de Ryoo Seung-Wan, elle brille pour son imparable efficacité, son intrigue bien rythmée et le spectaculaire de ses scènes d’actions. Le seul bémol vient d’effets de sur-découpages dans les affrontement au corps à corps qui nuisent parfois à la lisibilité des scène de combats.

2013 sera une année marquante dans cinéma coréen, celle au cours de laquelle ses plus illustres cinéastes (Park Chan-Wook, Bong Joon-Ho, Kim Jee-Woon, et Ryoo Seung-Wan) ont tous tenté leur chance à l’étranger, et s’affirmer sur le marché international. The Berlin File se positionne comme le premier volet d’une franchise d’espionnage visant à concurrencer les franchises hollywoodiennes Jason Bourne et autres James Bond. En poursuivant sur cette lancée il n’aura aucun mal à les surpasser.

 Mart1

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Mart1