Critique de Hamburger Film Sandwich

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

.

Hamburger Film Sandwich

De John Landis

Avec Marilyn Joi, Saul Kahan, David Zucker

Etats-Unis – 1977 – 1h30

Rating: ★★★☆☆

Au menu d’aujourd’hui, pause déjeuner concoctée par John Landis et l’équipe des ZAZ (Zucker, Abrahams et Zucker) avec Hamburger Film Sandwich.

Riche pour les zygomatiques, il est idéal pour une soirée festive. Original, efficace et à consommer sans modération, il se démarque par son goût pour l’inattendu. De plus, il peut-être être une bonne solution aux maux intestinaux et notamment aux risques de constipation provoqué par de nombreux plats, souvent français, ces dernières années.

 

L’une des particularités de ce menu est d’avoir été à l’origine de nombreux autres dérivés, souvent preparés par les créateurs originels, à savoir l’équipe des ZAZ, et maintes fois repris. Si la recette a été éculée au fil des années au point même de provoquer parfois l’écoeurement (tel les suites indigestes au premier Scary Movie qui lancèrent elles-mêmes une longue liste de films parodiques, souvent de très mauvaise qualité), la recette originale fait preuve d’une sincère spontanéité. Ainsi, la formule aura séduit et été une inspiration facilement identifiable chez de nombreux humoristes. Il est donc peu étonnant de retrouver dans Hamburger Film Sandwich une certaine Carioca devenu très célèbre quelques années plus tard dans l’hexagone français avec La Cité de la Peur, cuisiné par l’équipe des Nuls.

 

Quelques ingrédients indispensables:

– Une bonne dose de folie, comme quand un spectateur goûte aux joies de la projection d’un film en “touchorama”.

– Ne pas lésiner sur le gras, et oublier les aliments à faible teneur en calories, avec double dose sur l’humour potache et les grosses poitrines.

– Une pincée de critique acerbe, tel un spot publicitaire présentant une solution au manque de pétrole à travers la récupération de matière grasse là où elle se trouve aisemment: sur les peignes usagés, dans les restes des fast-foods, …

– Une tranche bien épaisse d’esprit parodique qui singe notamment le cinéma asiatique et plus préçisemment Operation Dragon en faisant apparaître à l’écran un sosie ridicule de Bruce Lee.

– De très grosses cuillères à soupe d’humour absurde, aussi proche des Monty Python que de ce que feront des années plus tard les frères Farrely.

– Ajouter au menu de petits digestifs, tel un présentateur TV blasé qui nous annonce qu’on a pissé dans notre pop-corn.

Suggestion:

Ne pas hésiter à accompagner le visionnage de quelques (ou nombreuses) bières et pizzas, le tout entouré d’amis friands de gaudrioles en tous genres. Ce film, en plus de vous assurer une soirée réussi, vous fera immédiatement passer une personne a l’humour flamboyant et dont les soirées deviendront rapidement inmanquable aux yeux de vos congénères.

 

Le petit plus:

Ce plat sera parfait lors d’un premier rendez vous amoureux afin de tester la faculté humoristique de votre nouvelle conquête. Ainsi, en cas d’impassibilité aux niveaux des lèvres (du visage) durant le visionnage, veillez à couper court à cette relation naissante au risque d’entacher vos facultés humoristiques.

 

Hamburger Film Sandwich est un menu complet qui plaira à de nombreux spectateurs comme il pourra facilement en dérouter certains. Maigre reproche, une petite perte de saveur en cours de repas mais rien de bien grave, les enchainements se font de manière à ce que le plat passe tout seul. Joyeux bordel sur pellicule, Hamburger Film Sandwich ne provoque jamais l’écourement, au point que l’on en redemande facilement une seconde fournée.

Nico Darko

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Nico Darko

Depuis sa rencontre nocturne avec un lapin géant lui prédisant la fin du monde s’il ne lui filait pas son portefeuille, Nico Darko a décidé qu’il était temps pour lui de se calmer sur une certaine boisson à base de malt et de houblon. Désormais, il se consacre à sa nouvelle passion pour les emballages alimentaires de marque péruvienne, mais il lui arrive aussi de vaquer à des occupations bien plus banales comme participer à des tournois de bowling avec son coéquipier Jeff Lebowski ou discuter littérature avec son ami Jack Torrance (dont il n’a d’ailleurs pas eu de nouvelles depuis l’hiver dernier).