Critique: A Touch of Zen

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

.

Xia nü

De King Hu

Avec Feng Hsu, Chuh Shih et Ying Bai

Taïwan – 1971 – 3h00

Rating: ★★★★★

A TOUCH OF ZEN

Ku Sheng-chai, portraitiste sans prestige, tombe amoureux de sa nouvelle voisine, Yang Hui-chen. Aussi belle que froide, la jeune femme cache un lourd secret : elle est poursuivie par la milice secrète du Grand Eunuque Weï qui a fait assassiner son père. Yang manie les armes blanches comme personne,  Ku lui apporte son sens de la stratégie. Ensemble, ils partent dans une folle aventure, aidés par des  moines bouddhistes menés par l’indestructible Maître Hui-Yuan.

Avec ses trois heures au compteur, A Touch of Zen pourrait être vu comme un Il était une fois dans l’Ouest  du wu xia pian (film de sabre chinois), genre qui a fait la gloire des studios Shaw Brothers dans les années 60. Influence non négligeable de Tsui Hark, son réalisateur King Hu mettra trois ans à bâtir ce monument du wu xia pian après  les succès de L’Hirondelle d’or (pour les Shaw Brothers) et Dragon Gate Inn (récemment remaké par Hark).

Le film s’ouvre par quelques minutes purement contemplatives : une araignée dévorant ses proies dans sa toile, symbolisant le pouvoir vénéneux de Weï , succédée par les  plans d’une nature qui s’éveille, magnifiée dans toute sa grâce par la magie du CinemaScope.  A Touch of Zen démarre en douceur, prenant tout son temps pour poser les bases de son intrigue politique. Mais, dès que c’est lancé, ça n’arrête plus ! Avec ses combats en tous genre et en tous lieux, où la difficulté progressive se mesure à la couleur des tenues, A Touch of Zen propose un sacré panorama de séquences cultes, culminant dans un long et dernier combat qui prendra des résonnances mystiques, voire  même psychédéliques.

Face à la violence des hommes corrompus, la nature retrouve son équilibre, équilibre incarné par le Maître Hui-Yuan dont les combats sont aussi jouissifs (il se bat d’une main, en mode défensif qui fait très mal et quand il fout deux baffes, les crânes commences à se fendre) que Feng Hsu est iconique dans sa tenue blanche de guerrière. Le zen n’est pas accessoire ici : on court sur les feuilles des plantes, sur les arbres, on fait des bonds incroyables… Autant d’effets de libération aux lois de la gravité qui seront,  grâce à la magie des SFX, repris de manière plus « littérale » bien des décennies plus tard, dans des films du revival wu xia pian comme Tigre et Dragon ou Hero.

Ressorti en version 4k, bientôt suivi de celle de Dragon Inn, A Touch of Zen fait partie de ces joyaux asiatiques qu’il est bon d’avoir vus au moins une fois.

 

The Vug

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

About The Vug

Utilisant que très rarement sa soucoupe volante en raison de son mal des transports, The Vug passe ses journées devant la télévision en se gavant de nicotine (l’unique aliment terrien qu’il peut supporter). En attente d’une régularisation de sa situation (ses papiers d’identité n’étant pas reconnus par l’administration), il descend régulièrement au bistrot en bas de chez lui, toujours accueilli par le patron d’un affectueux « Et un p’tit blanc pour le p’tit gris ! ».