Critique de Voltage (Ra.One)

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 3.0/5 (1 vote cast)

.

Ra.One

D’Anubhav Sinha

Avec Shah Rukh Khan, Kareena Kappor et Arjun Rampal

Inde/Etats-Unis – 2011 – 2h30

Rating: ★★★☆☆

Pour gagner le respect de son fils, le programmeur Shekhar Subramaniam créé Ra.One, un super méchant imbattable de jeu vidéo. Mais Ra.One prend vie dans la machine, investit le réel et part à la chasse de la dernière personne à avoir joué au jeu, soit Prateek, le fils de Shekhar. Tentant de protéger son enfant, Shekhar est tué par le super vilain. Mais le programmeur avait créé à sa propre image G.One (ou Voltage en français), le seul super héros capable de vaincre Ra.One. De l’Angleterre à l’Inde, un combat à mort s’engage entre les deux personnages virtuels.

Après Endhiran, Bollywood poursuit son exploration du cinéma SF à grand budget avec Ra.One qui rajoute la réalité virtuelle et les jeux vidéo aux précédentes thématiques robotiques. Comme de coutume, le scénario pille allègrement dans ce qui a déjà été fait ces vingt dernières années (principalement Terminator 2 mais aussi Tron Legacy, Gantz, Chronicles, l’inévitable Matrix, Iron Man, et même Endhiran, dont le héros Chitti fait une brève apparition). Chapoté par la superstar internationale Shah Rukh Khan (qui a participé au scénario), Ra.One se voit doté d’effets spéciaux plus aboutis que son prédécesseur. Mais retrouve-t-on pour autant la même folie visuelle ?

S’il met trois longs quarts d’heure à se mettre vraiment en route, Ra.One ne déçoit pas lorsqu’il s’agit enfin d’exhiber son budget sur grand écran lors d’un improbable combat au milieu d’un parking (avec des voitures qui volent dans tous les sens). La folie arrive véritablement lorsque Shah Rukh Khan déploie ses talents comiques avec le personnage à priori sérieux de G .One. Il combat ainsi ses assaillants avec un ballon de football, arrête les balles avec sa narine droite et danse même sans le savoir avec son ennemi juré (qui a pris l’apparence de la belle Kareena Kapoor le temps du tube Chammak Challo – car, oui, Ra.One peut changer de forme à volonté). Interprété tour à tour par le chorégraphe Tom Wu et l’autre acteur superstar Arjun Rampal (aussi connu des buveurs de Schweppes pour une pub avec Nicole Kidman), le métamorphe Ra.One, nommé en référence au démon Ravana, se veut caricaturalement violent dans son attitude, comme une copie pirate du T-1000 de James Cameron. Au rayon des caméos, notons également celui de l’acteur Sanjay Dutt qui, entre deux séjours en prison pour terrorisme, trouve le temps d’apparaître lors de la première séquence du film avec un personnage nommé Khalnayak, référence à son film le plus célèbre.

Si les festivaliers du monde entier lui ont déjà préféré le délirant Eega et son héros réincarné en mouche (toujours inédit en France), Ra.One vaut quand même le détour même si Endhiran a déjà largement déblayé le terrain pour lui. L’été étant la meilleure saison pour s’adonner à Bollywood (désolé si je prends mon cas pour une généralité), goinfrez-vous de ce sympathique Voltage – Ra.One, pour peu que vous soyez amateur de blockbusters exotiques.

The Vug

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About The Vug

Utilisant que très rarement sa soucoupe volante en raison de son mal des transports, The Vug passe ses journées devant la télévision en se gavant de nicotine (l’unique aliment terrien qu’il peut supporter). En attente d’une régularisation de sa situation (ses papiers d’identité n’étant pas reconnus par l’administration), il descend régulièrement au bistrot en bas de chez lui, toujours accueilli par le patron d’un affectueux « Et un p’tit blanc pour le p’tit gris ! ».