Tarantino Girls: les femmes chez Tarantino

 

 

Tarantino aime les femmes et en grand geek, ses personnages féminins sont le reflet des fantasmes instaurés par la pop culture: les battantes et les bonasses. Penchons-nous un peu sur ces deux archétypes…

 

Les Wild Girls

 


Les Wild Girls, “Femmes Sauvages”, prennent une forte position face aux greluches de Biatches que Tarantino affectionne tout particulièrement. Téméraires, d’une beauté singulière, le sourire dans la poche, la goutte de sueur comme blush, les Wild Girls ont un instinct de chasseur qui les poussent au-delà de leur limites. Amazones des temps modernes, elles conservent leur rang de choix auprès d’un réalisateur de plus en plus tiraillé à chaque film.

Qui ? Jackie Brown, Beatrix, O-ren Ishii, Elle Driver, Go Go Yubari, Zoé, Shosanna Dreyfuss…

Personnalité : Féroces en apparence, les Wild Girls n’en sont pas moins un océan de sensibilité. Avec une expérience passée traumatisante, elles développent rage et sensibilité. La larme coule bien souvent au coin  de l’oeil après un coup donné. L’instinct maternel développé, les Wild Girls sont des solitaires solidaires mais leur jalousie a bien souvent raison de leur jugement, à l’image de Elle et Go Go…

Look : Souvent stricte ou classique, mais toujours de bon goût, la tenue des Wild Girls est impeccable… du moins avant qu’elles ne mordent, découpent, éborgent leurs nombreux adversaires, avec le risque décuplé de se tâcher de sang. Bien qu’agressives ou encore hargneuses, elles aiment se démarquer avec un accessoire mode bien approprié :  foulard noué pour Jackie, sabre pour Black Mamba, éventail pour O-ren ou encore cordelette pour Zoé. Leur imagination est débordante ! Aguerries aux situations à risque, la couleur ne leur fait pas peur et c’est dans une tenue bleu pétant, jaune poussin, rose fushia ou blanc immaculé que ces guerrières marquent leurs exploits dans les esprits. Bien vu !

Comment les séduire ? Féroces en apparence, les Wild Girls n’ont pas pour autant un coeur de pierre, bien au contraire. Encore faut-il savoir si prendre… Indépendantes, volontaires, elles ne s’en laissent pas conter fleurette, mais se laissent facilement séduire par une force mâle dominante. L’âge reste un critère de choix : le côté poivre et sel remporte les suffrages, Bill et Max Cherry en tête de gondole. La quête d’un père ? Ceci expliquerait leur rancoeur tenace envers le monde. Ckeck-list : de la bienveillance, de la fermeté, de la poigne et surtout une sensibilité à peine cachée sous le col. Un Drive-in burritos accompagné d’un scotch pour conclure sans accros.

 

Les  Biatches

 


Il n’y a pas que la force et la combativité dans la vie, il y a aussi la beauté.  Et un grand esthète tel que Tarantino ne pouvait l’ignorer. En opposition à ses Wild Girls, fières et indépendantes, on retrouve ses Biatches, pouliches aussi sexy que coconnes. Leur devise: pourquoi jouer des coudes quand il suffit de jouer des cils? Les biatches le savent bien, on peut lutter pour acquérir le pouvoir ou juste se taper celui qui le détient.

Qui? Mia Wallace, Mélanie, Sophie Fatale, Abernathy, Arlene, Jungle Julia, Pam, Bridget Von Hammersmark…

Personnalité: Pas besoin d’avoir inventé la poudre pour diriger le monde, suffit juste de savoir en mettre là où il faut et juste ce qu’il faut, à l’instar de Mia Wallace, poule de luxe entretenue par son caïd de Marcellus . La Biatch n’a pas vraiment de personnalité mais elle a un sacré booty et sait l’utiliser à bon escient. Regard suave, lap dance sensuel, mouvement de bassin suggestif, la biatch sait mettre toutes les chances de son côté pour obtenir ce qu’elle veut.

Look: S’il y a bien un truc primordial pour les biatches, c’est bien leur look. Toujours impeccables tout en sachant être border vulgos, jamais mal fagotées ou mal coiffées, elles savent mettre en avant leur atout majeur: leur physique. Lèvres rouges ou gloss effet mouillé, tenue de cheerleader, mini-jupe ou jean taille très basse, décolleté aguicheur ou non-port de soutif, les biatches ont tout un attirail sophistiqué pour appâter le mâle/pigeon. Parfois même, de jolis orteils suffisent.

Comment les séduire? Les Biatches  aiment les mauvais garçons. Dealer, ex-taulard, homme de main, plus le casier judiciaire est long, plus elles succombent. Elles ne vont pas se contenter de vulgaires rednecks à moustache, avec des auréoles sous les bras et du persil dans les oreilles. Faut que le mec ait de la gueule, un regard perçant, un air inquiétant et un côté un peu brute. Niveau sortie, les Biatches ne sont pas très regardantes, du moment qu’il y a de la coke. Un burger dans un diner, des courses au supermarché, une pinte dans un troquet paumé, avec la Biatch, pas besoin de trop casser la tirelire…

Nightmare et Lullaby Firefly

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Celluloidz