Critique de Madagascar 3, bons baisers d’Europe

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Madagascar 3: Europe’s Most Wanted

 

D’Eric Darnell, Tom McGrath, Conrad Vernon

Avec Ben Stiller, Chris Rock

Etats-Unis – 2012 – 1h33

Rating: ★★★★☆

 

Alex le lion et ses autres amis animaux veulent rentrer à tout prix à New York, leur maison, leur zoo. Incapables de s‘adapter à la vie sauvage, ils essaient de retrouver les pingouins, têtes pensantes de l’excursion de départ, ces derniers sont à Monte-Carlo, en compagnie de chimpanzés…

« Fini d’blaguer, on passe à la suite, Les années filent mais mon équipe reste à l’affiche » comme disent les 1.9.9.5, Madagascar Bons baisers d’Europe ne déroge pas à la règle américaine des franchises que l’on veut étirer au maximum, jusqu’à l’essorage, Shrek fut un excellent exemple avec deux films en trop sur les quatre au final, et je crains le pire pour la suite de Dragons… Néanmoins, si on montre des animaux dans un zoo puis à la vie sauvage, il reste deux choix pour faire un nouveau film : les montrer en cobayes ou en animaux de cirque. Le second choix est pris pour les auteurs, ce qui permet de réfléchir sur la notion de spectacle, d’initiatives et d’apprentissage. Face à un collectif européen d’animaux de cirque en perdition, une otarie marrante à l’accent rital, une ourse vraiment mal léchée, un tigre russe et une jaguar (ou guépard), le quatuor va mettre en place les trois thèmes précédemment cités en s’inspirant des shows de Las Vegas, en véritables maîtres ignorants. Cela donne beaucoup de couleurs fluorescentes, avec quelques effets psychédéliques sous fond de musique pop (après De rouille et d’os, ce long-métrage d’animation reprend aussi Katy Perry).

Mais le film, en premier lieu destiné pour les enfants, n’oublie pas sa dimension de conte, avec moral et discours. Car ce qui est mis en avant au final est que les héros du film on fait le tour du monde quand ils pensaient au départ que New York était le monde. Cela permet de prendre du recul, pour pouvoir prendre des risques. Alors, dans un humour sucré et décalé, les séquences de préparation de numéros  sont remarquables ; le trapèze ou le boulet de canon. Et puis il y a cette volonté de pousser au voyage chacun de nous, les voyages forment la jeunessedit-on… De plus le réalisateur n’oublie pas qu’un film d’animation peut être aussi un blockbuster : la 3D est très bien réfléchie et on a droit à une magnifique scène d’action, commençant comme une séquence de film d’espionnage, finissant par une cour-poursuite loufoque par le personnage français, Chantal Dubois, une policière chasseuse d’animaux plus coriace et bestial que les animaux eux-mêmes.

La franchise Madagascar est bien bouclé, on ne prend pas les enfants spectateurs pour des idiots finis, car ils peuvent y voir une métaphore, certes simple, du cinéma dans ce film d’animation.

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…