Critique d’Avengers

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 5.0/5 (5 votes cast)

.

The Avengers

De Joss Whedon

Avec Robert Downey Jr., Chris Evans, Mark Ruffalo, Chris Hemsworth, Scarlett Johansson, Jeremy Renner, Tom Hiddleston, Stellan Skarsgård, Samuel L. Jackson, Clark Gregg, Cobie Smulders, Gwyneth Paltrow, Jerzy Skolimowski, Harry Dean Stanton et Stan Lee

Etats-Unis – 2012 – 2h22

Rating: ★★★★★

Le cinéma, c’est parfois comme l’agriculture : il faut savoir rester patient. Après deux Hulk déjà oubliés, deux Iron Man au succès disproportionné, un Thor sous-estimé et un Captain America plus qu’anecdotique, les graines Marvel ont enfin fait germer un film consistant. S’il ne faisait plus aucun doute depuis Iron Man 2 que The Avengers allait enfin voir le jour, encore fallait-il attendre que Marvel puissent introduire sur grand écran Thor et Captain America, ce qui valut à l’année 2011 d’être celle des superhéros dont on se foutait un peu (il y avait aussi Green Lantern pour DC Comics quant à Green Hornet, on ne le compte même pas puisque ce n’est pas un comics).

Les préliminaires interminables étant enfin passés, place au gros coït Avengers où Iron Man, Captain America, Thor, Hulk, Nick Fury, Black Widow et Hawkeye doivent s’unir pour contrecarrer une invasion extraterrestre de grande ampleur ourdie par Loki. S’il n’y avait qu’un seul volet à voir avant Avengers, c’était donc bel et bien Thor qui plaçait tous les enjeux cosmiques d’Asgard, l’arbre-monde Yggdrasil et tutti quanti ainsi que la lutte fratricide entre le demi-Dieu nordique et son frère qui trouve ici son prolongement. Et on ne va pas tourner autour du pot. Car, pour reprendre des termes qu’aurait pu dire notre expert comics Skreemer (et qui n’a malheureusement pas pu assister à la projection pour cause de pétage de bras à un concert d’Andrew H.K), Avengers ça « déchire sa mère la pute de bordel de bite !!! ».

Certes, il y avait eu l’année dernière le X-Men de Matthew Vaughn qui louchait avec maestria vers le film d’espionnage et, certes, il y aura dans quelques mois le dernier volet des aventures post-11 septembre de Batman par le ténébreux Christopher Nolan (comme sait le rappeler notre ami Hamburger Pimp à chaque fois qu’un Celluloïdzien pense avoir trouvé le film de l’année 2012). Mais diantre, on n’avait pas encore vu à un tel niveau un film adapté d’un comics qui cherche vraiment à faire du comics sur grand écran ! Et dans une 3D qui en met pour une fois plein les mirettes ! Pensé pour le cinéma (le voir autrement serait sacrilège), Avengers n’est que successions de scènes d’action allant crescendo dans la puissance avec deux longs segments de bravoure (la bataille dans les airs et l’invasion alien dans un Manhattan mis à sac). Ça explose et ça castagne dans tous les sens et le tout aurait pu être foutrement lourdingue si Joss Whedon (créateur de Buffy contre les vampires et scénariste de La Cabane dans les bois, excellent aux dires de Lullaby Firefly) ne mettait à profit les faramineux moyens qui lui sont octroyés pour son second long-métrage de cinéma afin de satisfaire avant tout le gros geek qui sommeille en lui (et par résonnance, tous les autres, toi, moi, nous quoi…)

Au-delà du plaisir de voir un écran joyeusement exploser dans tous les sens, Avengers donne également un nouveau relief à ses personnages grâce à l’interaction qui opère entre eux, chacun donnant du répondant aux autres. Si Thor échappe quelque peu à la règle (en même temps, Kenneth Branagh avait déjà fait le plus gros du travail dans son film), Iron Man et Captain America se débarrassent enfin de leur statut de têtes à claques, le premier multiplie les vannes vraiment drôles (Robert Downey Jr., bien meilleur que chez John Favreau) et le second assume pleinement sa dimension héroïque expurgé du patriotisme kitsch mal dosé du film de Joe Johnston (même si le masque du Captain donne toujours un drôle d’air de con à Chris Evans). De même, Avengers étoffe tout autant ses personnages secondaires : Nick Fury en grand superviseur, Black Widow et Hawkeye en super agents secrets de premier plan… A l’appel, il ne manque que Nathalie Portman, la copine de Thor qui n’apparaît qu’au détour d’une photo. Nouveau venu dans la franchise, Mark Ruffalo amène pour sa part toute l’humanité nécessaire à Bruce Banner avant que les CGI ne réveillent le terrifiant Hulk qui sommeille en lui.

Blockbuster décérébré mais supra-généreux, Avengers s’impose pour l’heure comme le popcorn movie le plus impressionant de l’année, une machine de guerre imparable dont on espère voir à nouveau Joss Whedon aux commandes du prochain volet qui devrait avoir comme méchant le plus grand super-vilain du monde Marvel puisqu’il s’agit de… Non, en fait, on préfère ne rien vous dire et vous laisser savourer par vous-même la dernière image du film.

 

The Vug

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About The Vug

Utilisant que très rarement sa soucoupe volante en raison de son mal des transports, The Vug passe ses journées devant la télévision en se gavant de nicotine (l’unique aliment terrien qu’il peut supporter). En attente d’une régularisation de sa situation (ses papiers d’identité n’étant pas reconnus par l’administration), il descend régulièrement au bistrot en bas de chez lui, toujours accueilli par le patron d’un affectueux « Et un p’tit blanc pour le p’tit gris ! ».