Critique d’Extraterrestre

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

.

Extraterrestre

De Nacho Vigalondo

Avec Julián Villagrán, Michelle Jenner, Carlos Areces et Raúl Cimas

Espagne – 2011 – 1h30

Rating: ★★★★☆

La tête dans le pâté, Julio se réveille dans l’appartement d’une inconnue nommée Julia. Ils ont visiblement couché ensemble suite à une nuit très arrosée. Alors qu’ils sont sur le point de se quitter, ils remarquent des choses étranges par la fenêtre : les rues sont désertes, les voitures abandonnées, les poubelles renversées. En effet, une soucoupe volante gigantesque flotte au dessus de Madrid qui a été entièrement évacuée. La situation aidant, Julio va pouvoir rester aux côtés de Julia dont il est tombé amoureux. C’est sans compter sur l’irruption d’Ángel, un voisin envahissant et jaloux (Carlos Areces, le clown triste de Balada Triste, toujours parfait en loser), puis de Carlos, un gaillard téméraire qui n’est autre que le petit ami de Julia.

Deuxième long-métrage de Nacho Vigalondo (Timecrimes), Extraterrestre est un film où l’invasion alien devient prétexte à faire glisser le vaudeville dans le fantastique. Afin de ne pas trahir le secret de leur relation adultérine, Julia et Julio vont faire leur possible pour utiliser l’ambiance apocalyptique à leur avantage. Mensonges et quiproquos viennent ainsi complexifier la situation entre les deux amants et un entourage devenu paranoïaque.

Servi par des dialogues justes, Extraterrestre réussit son coup de nous faire dévier rapidement de la science-fiction vers la comédie par des rebondissements réellement drôles et parfois cruels sans que cela ne vienne entacher la sympathie que l’on peut éprouver pour ses personnages. Econome aussi bien en décors qu’en effets spéciaux, le film fonctionne principalement par une fine écriture et un casting au diapason, parvenant à ne rendre que plus humaine l’aventure de Julio et Julia. Leurs déboires deviennent ainsi bien plus rocambolesques que l’invasion extraterrestre elle-même, le seul extraterrestre visible de l’histoire n’étant finalement que Julio, mec perdu passant comme un OVNI dans la vie d’une femme délaissée.

Que ce soit dans l’horreur esthétique ou la comédie décalée, le cinéma de genre espagnol prouve qu’il est toujours bien en forme. Il n’y a plus qu’à espérer qu’à l’instar de Malveillance de Jaume Balagueró, lui aussi présenté au PIFFF, Extraterrestre trouve un distributeur pour une diffusion plus large.

 

The Vug

 

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About The Vug

Utilisant que très rarement sa soucoupe volante en raison de son mal des transports, The Vug passe ses journées devant la télévision en se gavant de nicotine (l’unique aliment terrien qu’il peut supporter). En attente d’une régularisation de sa situation (ses papiers d’identité n’étant pas reconnus par l’administration), il descend régulièrement au bistrot en bas de chez lui, toujours accueilli par le patron d’un affectueux « Et un p’tit blanc pour le p’tit gris ! ».