Nouvelle bande annonce pour Interstellar de Christopher Nolan

Depuis dix ans, Nolan exerce sur le petit monde du blockbuster une influence des plus bienfaisantes, se revendiquant d’une certaine qualité d’écriture et d’un soucis de perfection dans une industrie du spectacle coûtant beaucoup et pouvant rapporter énormément. « Autiste », « snob », « hermétique », « faussement intelligent », ce soucis de placer la barre aussi haute lui valut une réputation tenace, ses détracteurs s’élevant d’une seule voix à chaque annonce de projet, à chaque bande annonce…

Mais s’il exaspère, le boulot de Nolan ne laisse jamais indifférent, le bonhomme étant bien loin des tâcherons sans âme qui ont squatté les gros budgets dans les 90’s. Plus encore, Nolan est un homme de cinéma, un amoureux inconditionnel de la péloche, autant qu’il est bon conteur d’histoire. Preuve en est, cette nouvelle bande annonce d’Interstellar n’est pas sans rappeler un paquet de films récents, de Prometheus,Take ShelterThe Tree of Life, en passant Gravity. Nolan semble voir une compréhension aiguë du cinéma qui lui est contemporain, de l’évolution en temps réel de celui-ci, de ses confrères et de leurs travaux, pour être toujours à la pointe, pour être de ceux qui le façonnent.

Interstellar est sans nul doute le film le plus attendu de l’année, sonnant 4 ans après Inception, le retour d’un Nolan libre et délesté de tout engagement sur une franchise. Voici donc cette nouvelle bande annonce, dévoilée au Comic-Con… Plus que 4 mois d’attente…

Lullaby Firefly

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.