Mashup Film Festival 2017: la programmation

 

Cette année, le Mashup Film Festival investit plusieurs lieux, à Paris et ailleurs en banlieue, comme en région du 2 au 30 juin. Un festival participatif pour mettre en avant ce procédé narratif popularisé par Internet et la fenêtre sur le monde que constitue Youtube.

 

Le Mashup, c’est cette technique consistant à prendre des extraits de films, séries, pubs et de les mixer pour créer une nouvelle histoire. La Classe Américaine, Mozinor ou Hell’s Club figurent parmi les exemples les plus populaires et les plus parlants.

 

Le Mashup Film Festival sera à l’image du genre, un grand mix d’événements divers, des projections, des conférences collaboratives, des bals, des ateliers, sous le parrainage bienveillant de Michel Hazanavicius, à qui l’on doit avec Dominique Mézerette, la cultissime Classe Américaine, qui sera projeté lors de la soirée d’ouverture du festival le 2 juin au Max Linder, en présence de Michel Hazanavicius.

 

 

Mashups musicaux, mashups Western, mashups spécial Kung Fu, mashups de Supers héros, les différents genres et courants seront à l’honneur lors de projections, tout comme les mashupeurs renommés lors de focus qui leur seront consacrés comme Hazanavicius et Mézerette, Antonio Maria Da Silva, Julien Lahmi ou Kogonada.

Enfin, des conférences et ateliers collaboratifs permettront au public de s’immerger dans le genre et de participer à la création de films.

Celluloïdz sera de la partie avec une Carte Blanche dédiée aux mashups de genre, de la série B et au bis, qui aura lieu le 15 juin à l’espace Villette Makerz, au coeur de la Villette, ainsi qu’un atelier-analyse animé par Guy Magen sur le chef d’oeuvre séminal de Chris Marker, Sans Soleil, le 18 juin, également à Villette Makerz. On vous en causera en détails ultérieurement.

 


En attendant, retrouvez le programme détaillé sur le site du festival!

 

 

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.