Récap’ séries TV 2016 – Part 1: les WTF

SERIES2016PART1

 

Chaque semaine, l’équipe revient sur les séries qui ont marqué l’année 2016.

 

South Park – Saison 20 – 10 épisodes

south-park_2003_the-damned_gerald_1-1

Pour cette vingtième saison, Matt Stone et Trey Parker renouent avec le format de l’année précédente, à savoir un nombre d’épisodes  moindre (les deux compères étant également pris à la conception de jeux vidéo), ceux-ci formant en revanche une seule et même histoire. On reprend même la petite ville du Colorado là où on l’avait laissé, retrouvant ainsi l’intransigeant PC principal (pour Politiquement Correct) à la tête de l’école tandis que Monsieur Garrison, toujours accompagné de Caitlyn Jenner, se lance dans la course à la maison Blanche, arborant la fameuse teinte orangée de rigueur. Si le procédé aura eu le mérite de ne pas citer le nom de Trump alors que les campagnes battaient leur plein, les deux créateurs se sont cassés les dents pour ce qui est des résultats et furent contraints de réécrire en speed la fin de saison.

 

En revanche, au vu des scandales liés au leakage, Stone et Parker ont eu le nez autrement plus creux en abordant les questions directement liées à Internet. Ainsi, tandis que le Danemark menace de rendre public le passé de tous les internautes de la planète (pour un apocalypse 2.0 que ne renierait pas Charlie Brooker), le savoureux Skankhunt42 , pseudo de trollage de Gerald Broslowski, leur permet de nous interroger sur la liberté d’expression et son rapport à l’anonymat. Cerises, ou plutôt raisins sur le gâteau : les memberberries, d’hilarants petits fruits parlant, symbole de l’addiction généralisée à la nostalgie 80’s, fomentent aussi leur propre complot. Passionnante mais déroutante, cette saison témoigne de la volonté de Matt Stone et Trey Parker de toujours faire évoluer leur show tout en abordant singulièrement des sujets complexes. Après tout, n’est-ce pas là les raisons de leur longévité ?

 

Hollyshit

 

Bojack Horseman – Saison 3 – 12 épisodes

BOJACK HORSEMAN

 

Je ne sais pas pourquoi j’ai mis autant de temps à me mettre à Bojack Horseman. Ce n’est qu’une fois la troisième saison terminée que je me suis lancé et me suis pris une de mes plus grosses claques télévisuelles.

Plus encore que toute autre série, je me suis d’abord amusé de voir un personnage atypique, asocial et mentalement instable, et petit à petit, me suis pris au jeu et me suis identifié au personnage au point de finir la dernière saison en larmes, quasi à genoux devant ma TV.

De quoi ça parle?

De Bojack, un cheval anthropomorphe dans un univers très proche du notre. Il a connu le succès à Hollywood il y a des années et se retrouve riche, alcoolique et has been quelques années après. C’est là que la série commence. 

Comédie noire et satyrique au début, et drame humain et absolument fantastique sur les dernières saisons, je crois qu’on a affaire au personnage le plus complexe jamais écrit depuis Tony Soprano.

 

Skreemer

 

Rick and Morty – Saison 2 – 10 épisodes

RICK AND MORTY

 

Les séries animées pour adultes sont en berne, et le petit bijou Rick and Morty ne va pas nous démentir. Créé par Dan Harmon – créateur de Community et de Justin Roiland, acteur qui double les deux héros éponymes en VO, Rick and Morty pour faire court est une version twisted de Doc et Marty, où le scientifique, aussi fou et irresponsable que celui qu’il parodie, est également alcoolique et misanthrope, rendu amer par sa supériorité intellectuel et nihiliste par sa connaissance de la science.

D’une saison 1 disséminant des références à la SF qu’elle soit littéraire, ciné ou même sérielle, à travers un humour délibérément noir et acerbe, la série continue dans la seconde saison de renforcer la caractérisation de ses protagonistes à travers les enjeux de leurs relations complexes, en intégrant les conflits basiques d’une famille disfonctionnelle à un univers SF délirant, aux théories scientifiques les plus folles fictionnellement parlant.

La légereté apparente de la saison 1 laisse place ici à un ton plus cynique et un propos plus nihiliste, jouant davantage la carte drama, passant du comique fantasque à des problématiques plus réalistes en l’espace d’une scène. D’un délire purement WTF, Rick and Morty gagne en maturité, parvenant à devenir aussi grave que drôle.Et son dernier épisode se terminant – comme la saison 1 – sur un cliffhanger inattendu, on trépigne sur place depuis des mois en attendant la saison 3, repoussée à 2017.

 

Lullaby Firefly

 

Ash VS Evil Dead – saison 2 – 10 épisodes

 ASH VS EVIL DEAD

 

Ash Versus Evil Dead, c’est indéniablement, au cœur du monde exponentiel de la série, mon petit chouchou de l’année. Que vous soyez des fanatiques de la première heure de la mythologie ou des néophytes curieux, Sam Raimi a certainement eu une pensée pour chacun d’entre vous afin de vous installer le plus aisément et le plus confortablement possible dans ses délires.
Ash Williams, ex tueur de démons, vient de passer ces trente dernières années à vivre dans une caravane et à bosser comme vendeur dans un magasin d’électro-ménager. Mais un soir, défoncé, et voulant impressionner l’une de ses conquêtes, il fait l’erreur de lire le Nécronomicon qui fait revenir les Deadites et le Mal qui les anime des profondeurs de l’enfer ! Ash est dès lors contraint de sortir de sa retraite pour sauver le monde à l’aide de son fusil Remington calibre 12 à canon scié et de sa tronçonneuse fixée à sa main droite. Mais cette fois, il ne sera pas seul pour combattre ces forces obscures, il est aidé de Pablo et Kelly, deux de ses collègues vendeurs.

 

Chaque épisode se déguste comme une petite gourmandise, délicieuse, pétillante, laissant dès le générique un goût de trop peu créant l’addiction. La narration est simple mais réjouissante, suit les péripéties gores et inventives d’antihéros on ne peut plus attachants, déploie l’univers de la saga dans des contrés souvent aussi hilarantes qu’inattendues. La mise en scène, héritière de Raimi (qui ne se charge pour sa part que du pilote), en met littéralement plein la gueule, ne se fixe aucune limite, tente tout et n’importe quoi sur l’autel de la jouissance la plus complète. Ash Versus Evil Dead est un délice absolu pour cinéphages déviants et pour cinéphiles exigeants, témoigne d’une naïveté et d’une folie terriblement rafraîchissante et salvatrice, en même temps que d’une compréhension, d’une ambition et d’une maîtrise du genre et de sa forme proprement hallucinantes !

 

Naughty Bear

 

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Celluloidz