Ca sort cette semaine (ou presque) au ciné et en DVD #4

 

NEWS 2017 4

Milla contre les zombies (again), Ryan & Emma en mode musical, du classique nippon à voir sur grand écran, du thriller désertique en route pour les Oscars, un remake horrifique que personne n’avait demandé et la révolution par Bonello en galette. Ca sort cette semaine ou presque!

 

 

Comme XxX la semaine dernière, Resident Evil, c’est mine de rien une franchise qui fête déjà ses 15 ans. Grosse machinerie à popcorn qui doit à 80/ 90% sa hype au succès des jeux originaux, les films sont devenus au final une part en soi du merchandising de Resident Evil et offre une variation sur la mythologie du jeu.

Jouant toujours sur le registre de l’action horror bien bourrin,  ce chapitre final entraîne Alice à Racoon City, point de départ de la contamination, où Umbrella Coporation prépare un assault contre les derniers survivants. Gros pitch de fin de franchise pour ce dernier opus, toujours chapeauté par M. Milla Jovovitch ( Paul WS Anderson), qui a priori devrait être le dernier (mais on nous avait promis ça pour Saw aussi et v’là qu’on reparle de relancer la franchise..). Pour ceux qui ont vu les 5 premiers ( et donc par conséquent que l’on peut appeler fans? #vraiequestion)

 

 

Damien Chazelle, après le jazz de Whiplash, se lance avec La La Land dans l’exercice du musical à l’hollywoodienne, époque âge d’or.

Mia, serveuse de café se rêvant actrice et Sebastian, pianiste de jazz rêvant également de la reconnaissance de son talent ont un coup de foudre l’un pour l’autre, mais les rêves de succès et la vie hollywoodienne risquent fort d’entacher leur idylle.

Bon, niveau scenario, on est quand même très classique: deux artistes crève la faim qui vivent une romance passionnée jusqu’à ce que la réussite et les ambitions personnelles s’en mêlent. Ce qui n’empêche pas le film d’obtenir 14 nominations aux Oscars prochains et d’être le film le plus hypé de ce début d’année (du coup, obligée de le mentionner dans les sorties de la semaine!).

 

 

Pour la seconde partie de sa rétrospective Kurosawa, Carlotta Films ressort en version restaurée huit films du master Akira Kurosawa, dont les drames Vivre  et deux inédits en salles, Le Plus dignement, sur la lutte ouvrière sous fond de Seconde Guerre mondiale, et Un merveilleux dimanche, romance sur un jeune couple en galère dans le Tokyo d’après guerre.

Les chanceux pourront aussi découvrir certains de ses jidai-geki, films de sabre comme La Forteresse cachée, film d’aventure médiéval où deux paysans cherchent à ramener chez eux un trésor alors que la région est en proie à la guerre, avec Toshir? Mifune, tout comme Sanjiro, dans lequel il joue un ronin à la tête d’un groupe de samouraï déterminés à déjouer un complot contre le chambellan.

Autres films de la rétro mettant en scène Mifune, dans un autre registre, le thriller l’Ange Ivre, où il interprète un gangster venu se faire soigner une plaie par balle chez un médecin, avec lequel il commence à tisser une amitié, et Chien enragé, polar inspiré de Simenon, où il revêt cette fois-ci le costume d’un flic s’étant fait voler son revolver et devant mener l’enquête pour le retrouver après qu’il est été utilisé dans un braquage. L’acteur est aussi dans Barberousse, également au programme de cette rétro, où il prête ses traits à un médecin dédié aux plus démunis.

L’occasion de découvrir ou revoir sur grand écran, dans quelques salles parisiennes, la magie de l’un des plus grands noms du cinéma japonais, avant de les découvrir en DVD, dont notamment Sanjuro, édité en coffret par Wildside. 

 

 

Côté DVDthèque – Blu-raythèque et autre VODthéque

 

Cette semaine, Nocturama, le film de Bertrand Bonello qui a fait grand bruit cet été sort en DVD/Br. L’ami Hollyshit vous en parlait très justement ici.

 

 

Egalement en galette et digital, Comancheria de David MacKenzie, à qui l’on doit Perfect Sense, Les Poings contre les murs ou encore Rock N’ Love, qui vient tout juste de récolter quatre nominations aux Oscars 2017, meilleur film, meilleur scenar, meilleur second rôle pour Bridges et meilleur montage.

Deux frères (Chris Pine et Ben Foster) se lançant dans une série de braquages en vue d’éviter la saisie de la propriété familiale, et se retrouvant traquer par un ranger proche de la retraite, incarné par Jeff Bridges.

 

 

Et enfin, à signaler, la sortie du bidou Blair Witch par Adam Wingard, guère épargné par les fans de la première heure et la critique…

 

 

 

 

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.