Ca sort cette semaine (ou presque) au ciné et en DVD #3

 

NEWS 2017 3

 

 

Du thriller sous fond de prohibiton par Sad Affleck, de l’actionner Diesel de retour,  du Mad Mel et du Mad Timur en DVD, ça sort cette semaine – ou presque!

 

Le Batfleck est reparti derrière la caméra pour livrer Live By Night, crime drama produit par Di Caprio et adapté du roman de Dennis Lehane, le fabuleux auteur d’oeuvres déjà portées à l’écran, comme Shutter Island, Mystic River, Quand vient la nuit, ou Gone Baby Gone (par Affleck, qui signait son premier long).

L’acteur/réalisateur prête ici ses traits au personnage principal, Joe, fils de commissaire cherchant à faire son trou dans la Pègre durant la Prohibiton, où contrebande, corruption et chantage étaient le seul moyen d’atteindre  l’American Dream.

Des gangsters classieux pour une réalisation qui semble l’être tout autant… Le problème  dans le cas des adaptations d’excellents bouquins reste la comparaison avec le matériau originel, particulièrement dans le cas des Lehane dont la narration est hyper cinématographique, avec une approche très sensitive de ses personnages.. Reste à voir si Affleck est parvenu cette fois à en capturer toutes les subtilités…

 

 

Vous voulez prendre un coup de vieux? Ca va faire 15 ans (15 !!) que le premier xXx est sorti, et 12 pour le second (voilà, ça s’était l’instant “boudiou que le temps file vite”) et pourtant, le troisième opus débarque en salles cette semaine, ressortant des placards l’autre franchise chapeautée à la base par Rob Cohen, à qui l’on doit aussi Fast & Furious premier du nom. Un peu doublon dans la filmo de Vin, qui s’en ballek vu qu’il tourne globalement sur trois rôles (Dominic Toretto, Riddick et Groot). Et comme le vend si bien l’affiche, Diesel fait de la moto sur des vagues et du ski dans la jungle, tellement il est badass… et ça, ça pète sur un C.V.

Mais pour ces retrouvailles, il fallait un casting qui vendent du rêve. Samuel L. Jackson, Ruby Rose ( la star montante de 2015), Tony Jaa (Ong-Bak), Donnie Yen, la star bollywoodienne Deepika Padukone (révélée par Om Shanti Om de Farah Khan) et même Toni Colette sont là pour prêter main forte à Vin et Ice Cube. Au final, ce Point Break sous stéroïdes promet à ceux qui aiment le genre une bonne pelleté de scènes d’action badass, au concept à faire pâlir les ados attardés derrière Sharknado ( no offense). 

 

 

Au rayon DVD-Br-VoD

 

Jean-François Richet, the remaker of Assault, l’homme derrière le double biopic de Mesrine offre à Mad Mel un rôle de pater badass repenti devant reprendre du service pour protéger sa fille d’un gang de trafiquants de drogue à moto. L’action thriller à la française mais comme font les ricains. 

 

 

Bon, pas besoin d’épiloguer longtemps sur ce remake signé Timour Bekmambetov, le Uwe Boll-like qu’Hollywood appelle pour ses projets les plus wtf (comme Abraham Lincoln vampire hunter) pour qu’il délivre des scènes d’action en cgi taillées sur mesure pour les bandes annonces, le tout pour un budget moins important qu’un blockbuster de classe A.

Ben-Hur ne déroge pas à cette règle et les puristes du péplum risquent fort de s’étouffer avec ce popcorn-movie, dont le principal attrait pour son sujet réside dans la fameuse scène de course de char. Maigre ambition, surtout quand les critiques lui reprochent justement le foirage de celle-ci…

 

 

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.