Joe Dante a trouvé son Roger Corman !

 
 
 
 

Depuis plusieurs années, Joe Dante essaye de monter The man with kaleidoscope eyes, un biopic sur la vie de celui qui le lança, lui et tant d’autres cinéastes majeurs : le producteur culte Roger Corman. Puisqu’il n’est pas une interview où le réalisateur de Gremlins ne fait pas référence à son mentor, on comprend bien à quel point ce projet lui tient à cœur. Et forcément, ce qui tient à cœur à Joe Dante nous tient à cœur, surtout quand il s’agit de raconter l’histoire de celui qui annotait les scénarii de « poitrines envisageables », montait plusieurs productions sur le budget d’une seule et n’hésitait pas à ressortir sous un autre titre et avec une nouvelle affiche un film qui n’avait pas eu le succès escompté. Le pape de la série B était également, en plus d’un formidable dénicheur de talents, le distributeur de Fellini, de Truffaut ou de Bergman aux Etats-Unis et le réalisateur de quelques unes des meilleures adaptations d’Edgar Allan Poe.

 

hader-corman
 

Alors que le projet ne donnait plus signes de vie depuis des rumeurs qui annonçaient Quentin Tarantino dans le rôle, Joe Dante aurait trouvé son Roger Corman en la personne de Bill Hader. Si le choix du réalisateur cinéphile semblait des plus pertinents (malgré des risques inhérents à son égo), nul doute que le comédien cher à Judd Apatow saura également se glisser dans la peau de Roger Corman, lui qui avait déjà incarné une autre icone de la pop en prêtant ses traits à un délirant Andy Warhol extra-terrestre dans Men in Black 3.
Néanmoins, pas de précipitations ou de fausses joies : rien n’est encore fait puisqu’il ne s’agit pour l’instant que d’une lecture du script, sous la direction de Joe Dante, organisée le 12 octobre dans le cadre du SpectreFest à Los Angeles. On croise donc très fort les doigts et tout le reste pour que cela fasse enfin aboutir The man with kaleidoscope eyes.

 
 
 

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About HollyShit

C’est un endroit extraordinaire dont le nom s’affiche fièrement à front de colline (le « O » est à Alice Cooper et le « Y » à Hugh Hefner !) : cité des anges où tout le monde a un sexe, Mecque où les juifs sont bienvenus, usine à rêve désormais spécialisée dans le recyclage … Les étoiles tapissent ses trottoirs à défaut de pouvoir percer les nuages de pollution. Sous son soleil paradisiaque, la neige y tombe pourtant toute l’année, importée directement de Colombie. Là-bas, les nourrissons tètent du lait au silicone et les mexicains rêvent d’avoir des guatémaltèques pour récurer leurs toilettes. Ce pays sera ici représenté par un émissaire qui n’y a jamais foutu un pied et qui signe « Clém’ » à la pointe du stylet de sa palette graphique.