Critique: Un petit boulot

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

 

Un petit boulot

De Pascal Chaumeil.

Avec Romain Duris, Michel Blanc, Gustave Kervern, Alice Belaïdi.

France – 2016 – 1h37

Rating: ★★★★☆

Dans une petite ville industrielle sinistrée, Jacques peine à joindre les deux bouts. Gardot, le mafieux local, lui propose alors de tuer sa femme en échange d’un effacement de dettes ainsi qu’un petit bonus de 10 000 euros. Sans avoir trop de mal à mettre sa morale de côté, il accepte le contrat et l’exécute non sans un certain talent. Gardot décide d’avoir de nouveaux recours à ses services tandis que Jacques est enfin embauché dans la station service d’un de ses potes.

 

un petit boulot

 

 

Une comédie française sur Celluloïdz ? C’est vrai que c’est pas toutes les semaines mais si elles étaient toutes aussi joliment troussées que ce Petit boulot de Pascal Chaumeil, je gagerais qu’il y en aurait davantage. Le réalisateur retrouve son acteur de L’Arnacoeur mais quitte la French Riviera pour les friches industrielles du nord (même un détour par l’Espagne n’aura rien de très glamour) sans pour autant tomber dans des travers misérabilistes. Romain Duris, arborant un look à la Mesrine, se montre un poil plus bourru qu’à l’accoutumé mais reste toujours aussi charmant, démontrant à nouveau qu’il est bien l’un des meilleurs acteurs de sa génération. Face à lui, Michel Blanc, qui signe également le scénario et ses dialogues, est savoureux en Tony Soprano de la frontière franco-belge. Les seconds rôles sont aussi au diapason avec Gustave « nounours » Kervern, Charlie Dupont, Alice Belaïdi, Mutii (apparemment chanteur belge) et Alex Lutz plus tête à claques que jamais.

 

 

Cette comédie aussi noire que réjouissante n’est pas sans évoquer le cinéma des frères Coen ou les comédies sociales anglaises. Michel Blanc, à nouveau sous influence des Blier (père pour son jeu, fils pour ses répliques), apporte à l’ensemble une touche toute particulière, malgré une voix off qui alourdit un peu l’écriture. La mise en scène simple et classieuse nous rappelle tristement qu’avec la disparition de Pascal Chaumeil en août 2015, nous avons perdu un réalisateur à l’ancienne, dont les ambitions ne dépassaient jamais celles de ses films. Un cinéaste, que d’autres qualifieraient d’artisan, qui tenait en haute estime la comédie, s’inscrivant dans la lignée de Billy Wilder et Blake Edwards. Portant très bien son titre, Un petit boulot n’est pas un chef d’œuvre du genre non plus, mais c’est assurément un bon film.

 

 

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About HollyShit

C’est un endroit extraordinaire dont le nom s’affiche fièrement à front de colline (le « O » est à Alice Cooper et le « Y » à Hugh Hefner !) : cité des anges où tout le monde a un sexe, Mecque où les juifs sont bienvenus, usine à rêve désormais spécialisée dans le recyclage … Les étoiles tapissent ses trottoirs à défaut de pouvoir percer les nuages de pollution. Sous son soleil paradisiaque, la neige y tombe pourtant toute l’année, importée directement de Colombie. Là-bas, les nourrissons tètent du lait au silicone et les mexicains rêvent d’avoir des guatémaltèques pour récurer leurs toilettes. Ce pays sera ici représenté par un émissaire qui n’y a jamais foutu un pied et qui signe « Clém’ » à la pointe du stylet de sa palette graphique.