Critique: Elmer le remue-méninges

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Brain Damage

de Frank Henenlotter

avec Rick Hearst, Vicki Darnell, Theo Barnes, Lucille Saint-Peter, Jennifer Lowry, Gordon MacDonald

Etats-Unis – 1987 – 1h26

Rating: ★★★★★

 

brain-damage

 

Entre Basket Case et Frankenhooker, le génial Brain Damage est également passé à l’Etrange Festival. Nul doute qu’il est probablement le meilleur film de Henenlotter.

Bryan se réveille une nuit victime d’hallucinations, et se découvre un petit trou dans la nuque. En fait, la cause de tout ça est une étrange créature mi-vers mi-étron du nom de Elmer, qui s’est introduit chez lui et peut lui injecter une drogue très puissante si il le souhaite…en échange de quelques cerveaux dont il raffole ! Car sous son air affable, la bestiole dispose d’une rangée de dents impressionnantes, idéale pour découper les boites craniennes.

Brain Damage est un peu le Evil Dead 2 de Frank Henenlotter vis à vis de son premier film, Basket Case. Les deux films partagent plus ou moins la même histoire, les mêmes thématiques et la même ambiance, voir certains plans identiques mais avec plus de thunes (pas trop non plus, on est à moins de un million) et plus maîtrisé.
Et il est d’ailleurs assez hallucinant de voir à quel point le réalisateur arrive à parler de sujets aussi sérieux que l’addiction et dans une ambiance ultra-tendue, tout en restant souvent hilarant. Il faut voir la gueule d’Elmer, qui à l’air complètement perché en permanence et dont la voix nonchalante ne semble pas du tout correspondre à un ver mangeur de cerveaux. Et à côté de ça, le film affiche quelques scènes assez coquettes, dont une pipe qui sera fatale et un plat de boulettes de viande qu’on ne vous recommande pas.

 

 

Henenlotter avait (Et a toujours on l’espère) une imagination débordante, peuplée d’horribles visions et d’idées folles. Ceci explique sûrement pourquoi il a fait si peu de films et n’a jamais réalisé de blockbusters comme ont pu le faire Peter Jackson ou Sam Raimi, qui ont aussi commencés avec des budgets riquiqui.
Et pourtant, même si on adore Bad Taste et Evil Dead, il y a clairement quelque chose en plus chez Henenlotter. Elmer le remue-méninges possède une ambiance hors du commun, bardées de bleu qui évoque la Science-Fiction, dans un New-York qui en devient fantasmé par les visions de son personnage principal.
Il y a tout un background autour de la créature, histoire qui est racontée en milieu de métrage mais qui reste volontairement floue et permet de faire jouer l’imagination du spectateur. De même, les dernière images ouvre un nouveau pan de cette histoire et fait que le film reste ancré bien longtemps après sa vision.
Non clairement, Brain Damage est de très loin le film le plus travaillé de Henenlotter, sur un des concepts les plus what the fuck du Cinéma. A voir absolument en famille ou avec votre nouveau mec/nouvelle meuf, succès garanti.

 

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Evilhost

Venu du futur pour empêcher Argento de devenir aussi mauvais qu’Uwe Boll, j’ai malheureusement échoué dans ma mission. Ainsi donc, je suis bloqué dans cette réalité alternative ou Spielberg est considéré comme un génie, condamné par les dieux du bis à mater en boucle et pour l’éternité la filmo de Jean Luc Godard.