Un film en un plan – Sunchaser [SPOILERS]

 
 
 
 
La disparition de Michael Cimino est la plus triste des occasions pour évoquer ce qui restera le dernier plan de son dernier long métrage (je me permets une inexactitude puisque le générique nous montre des images de Woody Harrelson). Aussi, j’encourage ceux qui n’auraient pas vu Sunchaser à fermer cette page afin de ne rien gâcher de cet excellent film.

 

Sunchaser1

Passons donc directement à la conclusion. Michael et Blue ont terminé leur folle cavale qui les a menés jusqu’au lac sacré d’Arizona, finalité de la quête initiatique du jeune indien. Dans un dernier effort, Blue parvient à gravir la montagne et se sépare de celui qui n’est plus son otage depuis longtemps. Survolé par un aigle ainsi qu’un hélicoptère de la police moins bienveillant, Blue, plus que jamais affaibli par le cancer, court tant qu’il peut vers le lac, convoquant ses dernières forces. Un travelling, dévoilant un paysage montagnard des plus majestueux (la photo du film est signée Doug Milsome), accompagne sa course, tandis que sa voix déclame ces mots :

« Que la beauté soit devant moi, que la beauté soit derrière moi, que la beauté soit au dessus de moi, que la beauté soit tout autour de moi. »

Sunchaser2

Mais, alors qu’il s’approche du lac, il disparaît peu à peu juste avant de l’atteindre, troublant malgré tout la surface de l’eau comme s’il s’y était jeté. Si le film était baigné dans les croyances de Blue, rien ne nous avait préparés à une telle vision. La surprise n’a d’égal que l’intensité émotionnelle de ce final qui mériterait bien des célébrations tant il s’agit d’un des plus beaux plans de l’Histoire du cinéma.
Sunchaser3

Sunchaser n’aura malheureusement pas marqué les esprits mais Michael Cimino conclut  ainsi une filmo de légende, bien que composée de seulement sept films, par un plan à la pleine mesure de son talent. LA beauté.

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About HollyShit

C’est un endroit extraordinaire dont le nom s’affiche fièrement à front de colline (le « O » est à Alice Cooper et le « Y » à Hugh Hefner !) : cité des anges où tout le monde a un sexe, Mecque où les juifs sont bienvenus, usine à rêve désormais spécialisée dans le recyclage … Les étoiles tapissent ses trottoirs à défaut de pouvoir percer les nuages de pollution. Sous son soleil paradisiaque, la neige y tombe pourtant toute l’année, importée directement de Colombie. Là-bas, les nourrissons tètent du lait au silicone et les mexicains rêvent d’avoir des guatémaltèques pour récurer leurs toilettes. Ce pays sera ici représenté par un émissaire qui n’y a jamais foutu un pied et qui signe « Clém’ » à la pointe du stylet de sa palette graphique.