Critique : Star Trek sans limites

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 3.0/5 (1 vote cast)

Star Trek Beyond

De Justin Lin

Avec Chris Pine, Zachary Quinto, Simon Pegg, Zoe Saldana

Etats-Unis – 2016 – 2h03

Rating: ★★★☆☆

star trek

Après 3 années de voyage intergalactique (3 ans après le précédent film) sur les 5 ans de mission donnée, et une récente négociation ratée, le Capitaine Kirk et l’USS Entreprise arrive à la station spatiale avancée Yorktown. De là, ils reçoivent un appel S.O.S d’un vaisseau en détresse…

Étonnamment, au début du film, il n’y a pas de générique mais plutôt une voix off. Il n’y a pas non plus de grosse séquence d’action d’introduction comme c’est devenu la coutume des blockbusters d’aujourd’hui. Mais la première séquence d’action est excellente, c’est la meilleure du film voire la meilleure des trois films de la récente franchise : il s’agit de la destruction de l’Entreprise. On pourra aussi noter une autre scène d’action, avec une moto et des hologrammes… Cela n’empêche pas un problème de rythme dans le second tiers du film.

En effet, le choix de Justin Lin (la franchise Fast & Furious) paraissait judicieux, le réalisateur sait mettre en place un film de groupe. Ce qui est justement le second tiers du film où l’équipage est séparé en plusieurs groupes, avec des combinaisons étonnantes : le Dr Bones et Spock, Uhura et Sulu ou Kirk et Checkov. Alors qu’il y a des scènes pour tout le monde, pour tous les personnages même les nouveaux seconds rôles, on n’arrive pas totalement à s’immerger, Simon Pegg est pourtant au scénario. D’ailleurs si le personnage de Jaylah jouée par la danseuse hip hop franco-marocaine Sofia Boutella (vous savez la fille aux pieds de lame dans Kingsmen) s’en sort très bien, le personnage de Krall joué par Idris Elba semble mal écrit ou bâclé, voire mal dirigé.

Néanmoins, c’est un film très plaisant, l’expérience IMAX est conseillée car c’est une excellente valeur ajoutée. Messieurs Leonard Nimoy et Anton Yelchin, reposez en paix.

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…