Critique: Utopia

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Utopia

de Dennis Kelly

avec Fiona O’Shaughnessy, Alexandra Roach, Nathan Stewart-Jarrett, Adeel Akhtar

Grande-Bretagne – 2013/2014 – 2 saisons de 6 épisodes de 50 minutes

Rating: ★★★★★

Utopia

Quatre personnes discutant d’une nouvelle graphique nommée Utopia décident de se rencontrer quand l’un d’eux leur annonce qu’il possède le deuxième tome, jamais sorti. Poursuivi par deux tueurs à la solde d’un groupe n’appartenant à aucun gouvernement mais contrôlant tout, ils doivent fuir et tenter de découvrir ce que cache vraiment le manuscrit d’Utopia.

Si les complots gouvernementaux et pharmaceutique alimentent régulièrement le Cinéma Américain et ses séries, la création de l’écrivain Dennis Kelly et Marc Murden est venu, en 2013, se placer bien au delà d’un sujet maintes fois vu et qui n’est plus guère passionnant. Et ce qui frappe des les premières minutes d’Utopia, ce sont ses couleurs saturées, ses plans parfaits et propres qui contrastent avec une ultra violence qui à fait couiner pas mal de monde lors de sa sa diffusion. Après vision des deux saisons, on se demande si ce n’est pas plutôt les questions éthiques de la série qui ont posé problèmes, à défaut de sa violence très graphique, presque comic-book.

En effet, il s’avère assez tardivement que le groupe poursuivant les protagonistes, et ce malgré des méthodes monstrueuses, n’a pas peut-être pas tout à fait tord vis à vis de ses plans. Les héros essayant de les contrecarrer étant finalement de pures égoïstes motivés par l’instinct de survie, le spectateur à la lourde tâche de faire la part des choses, ce qui est impossible.

La première saison, teintée de bizarrerie mais plus complotiste qu’étrange, inverse totalement ses données dans sa deuxième partie, virant de plus en plus vers quelque chose d’inquiétant et cauchemardesque. La musique du compositeur Cristobal Tapia De Veer (à base de machines expérimentales des années 60) suit le même rythme en devenant plus intimiste et sombre, et ce doit d’ailleurs d’être écoutée tant elle recèle de morceaux sublimes, et fous.

Arrêtée par Channel 4 pour cause de baisse d’audience, la série a failli connaître une nouvelle vie grâce à David Ficher et HBO (avec Rooney Mara!!!), mais est pour le moment mise au placard suite à un différent budgétaire avec le réalisateur. Quand on sait que ce dernier était particulièrement intéressé et devait réaliser tout les épisodes, le désespoir n’est plus très loin.
En résulte donc un chef-d’œuvre inachevé, et qui prouve encore une fois que les séries Anglaises sont de très loin les meilleures.

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Evilhost

Venu du futur pour empêcher Argento de devenir aussi mauvais qu’Uwe Boll, j’ai malheureusement échoué dans ma mission. Ainsi donc, je suis bloqué dans cette réalité alternative ou Spielberg est considéré comme un génie, condamné par les dieux du bis à mater en boucle et pour l’éternité la filmo de Jean Luc Godard.