Critique : Short Peace [PIFFF 2015]

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

.

Short Peace

De Katsuhiro Ôtomo, Shuhei Morita, Hiroaki Ando, Hajime Katoki et Koji Morimoto

Japon – 2013 – 1h08

Rating: ★★★★☆

Short-Peace2

Après qu’Alice ait rencontré le lapin blanc, nous voici face à quatre histoires portraits du Japon à travers le temps (du bas droit puis dans le sens d’une montre jusqu’au haut droit dans l’image d’illustration) : Possessions, Combustible, Gambo et Un adieu aux armes.

Katsuhiro Ôtomo se fait bien rare, on attend toujours la suite  Steamboy normalement intitulé Steamgirl, et semble avoir dorénavant privilégié les projets en groupe et les court-métrages. Après une introduction kaléidoscopique et psychédélique, les quatre histoires exposées rassemblent des thèmes chers  la culture japonaise. En effet, le premier nous refait le récit du voyageur égaré rencontrant un esprit de la forêt. De là, il est question du respect et du salut permettant le repos de l’être surnaturel, avec ce côté drôle du fait que le personnage principal tricote et coud, un tailleur à l’ancienne. L’animation est en simil 3D. Pour le second court-métrage, le support image utilisé est particulier, il est en référence aux estampes japonaises. Cela nous donne un rapport spécial avec l’espace dessiné d’un côté, les bordures du rouleau d’estampe de l’autre. Mais on remarque surtout, dans cette histoire d’amour impossible, un travail de l’espace et de la profondeur de champ notamment à la fin avec une grande qualité du traitement du feu.

Le troisième, peut-être mon préféré, reprend les codes du samouraï traqueur de démon, entre un ours blanc et un ogre diable, donc rouge. Contrastes des couleurs, effets de dessin rappelant  l’usage de l’encre de Chine (impression de trace ou de mouvement de crayon), combats entre homme et bêtes et une petite fille rappelant les héroïnes d’ Hayao Miyazaki. Ce long-métrage est aussi axé sur la nature et se révèle le court-métrage le plus fantastique et le plus violent, avec une fin en suspens… Quant au dernier, on retrouve le Katsuhiro Ôtomo qui l’a fait connaître : une histoire sur fond d’anticipation voire post-apocalyptique. Une équipe militaire de désamorçage, roule dans le désert et tombe sur une ville en ruines. On peut remarquer un excellent travail de mecca design (les armures portés par les militaires) avec une réflexion sur l’intelligence artificielle lors de la rencontre d’un tank autonome. Mais Katsuhiro Ôtomo, c’est aussi un partisan du pacifisme anti-guerre et un militant écologique, ce qu’on comprend à la fin de ce court-métrage, pouvant nous rappeler la  première partie de 2001, l’odysséee de l’espace

Dernière  chose à ajouter, le projet Short Peace est transmedia, un cinquième segment sous forme de jeu vidéo est censé être l’épilogue des animés, Short Peace : Ranko Tsukigime’s Longest Day, où une lycéenne doit faire face à une horde de démons. Le point commun de toutes ces histoires ? Elles se déroulent toutes près du mont Fuji. On souhaiterait avoir des nouvelles de Katsuhiro Ôtomo plus souvent.

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…