Critique : 007 Spectre

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 2.0/5 (1 vote cast)

Spectre 

De Sam Mendes

Avec Daniel Craig, Léa Seydoux, Christoph Waltz

Etats-Unis, Grande-Bretagne – 2015 – 2h30

Rating: ★★☆☆☆

spec

James Bond est au  Mexique  pour assister à la fête des morts, célébration déguisée et populaire devenue le nec plus ultra des soirées halloween (le maquillage tête de mort). Mais en réalité, il est en filature d’un tueur à gages du nom de Sciarra, un homme portant une bague particulière avec un symbole…

Après l’étonnante et très agréable surprise Skyfall, remake avoué de The Dark Knight, Sam Mendes rempilait pour un nouvel opus intéressant : le choix de Christop Waltz en méchant, la tentative Léa Seydoux, Monica Bellucci en veuve éplorée et Dave Bautista (Drax dans Les Gardiens de la galaxie) en homme de main. Le plan-séquence du début de film est alléchant, rappelant la force du metteur en scène britannique. Le discours entamé dans le précédent opus est confirmé dans celui-ci : un nouvel ordre mondial est en marche, avec comme ennemis ultimes les terroristes ou les hackers, pour contrer cela, rien de mieux qu’une surveillance généralisée du monde et la multiplication d’usages des drones.  On ne peut être plus actuel. Mais cela peut être à double tranchant car toute information récoltée numériquement peut tomber dans les mains hostiles. De plus, Spectre installe un récit qui complète et lie toutes les aventures de James Bond joué par Daniel Craig, de Vesper Lynd (le personnage jouée par Eva Green dans Casino Royale) à l’ancienne M décédée (qui lui envoie comme testament de tuer le certain Sciarra du début du film).

Mais cela ne suffit pas. Daniel Craig apparaît trop comme un mannequin  costume et smoking (toujours propre sur lui et jamais un pli), Christop Waltz est sous-exploité, des scènes d’action peuvent rendre perplexe (un avion qui poursuit une voiture dans la neige, les explosions du complexe caché dans le désert, la dernière scène de traque du méchant) mais les James Bond girls sont corrects. Et encore plus étonnant, Spectre devient un miroir déformant du dernier Mission Impossible Rogue Nation. En effet, il y a cette constitution de groupe similaire : Q équivaut à Benji Dunn (le geek), M à William Bandt (le bureaucrate) ou Madeleine Swann à Ilsa Faust (la wonder woman). Hors James Bond n’a pas de bande. De plus, le discours sur le nouvel ordre est aussi présent, même les fins ont des similitudes (d’ailleurs on pourrait évoquer aussi Austin Powers 3), à la différence que le dernier opus Mission Impossible est plus second degré.

Et quand on sait que le personnage joué par Christoph Waltz a déjà existé dans un précédent James Bond, avec déjà l’évocation de l’organisation Spectre, on se dit que la franchise James Bond qui se remake ou se reboot pourrait devenir obligatoire tous les quatre films, avec à chaque fois un nouvel acteur. D’ailleurs on se demande si le cycle n’est pas fini pour Daniel Craig, qui veut continuer… Car après 50 ans de franchise, le principe James Bond commence à vieillir. En même temps avec l’abondance des films d’espionnage actuels… Une déception.

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…