Chips-Movie : L’ Horrible cas du Docteur X

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

X the man with X-Ray Eyes

de Roger Corman

Avec Ray Milland, Diana Van der Vlis,  John Hoyt, Don Rickers

USA – 1963 – 1h19 mn

Rating: ★★★★☆

x ray eyes

Le Dr Xavier expérimente sur lui-même sa propre formule consistant à accroître le potentiel visuel de l’être humain. Dans un premier temps tout est concluant, il peut voir au travers d’une feuille de papier ou bien des vêtements, et pour finir au travers du corps humain même. Mais bientôt son propre collègue veut l’empêcher de poursuivre plus avant ses recherches et Xavier le tue accidentellement au cours d’une dispute. Contraint de prendre la fuite, il n’en reste pas moins déterminé à faire bon usage de ses nouvelles capacités..

Roger Corman et Robert Dillon son co-scénariste s’approprient brillamment les codes de la science-fiction pour délivrer un petit joyau de critique sociale saupoudré de psychédélisme. Je ne sais pas s’ils ont des liens avec Timothy Leary, en tout cas ils poursuivent la réflexion de celui-ci sur l’ouverture du champ de la conscience par le biais de la métaphore de la super-vision : le pouvoir du héros s’est tellement développé – comprendre, il a tellement forcé les doses, ce qui donnera lieu à une chouette séquence nudiste en pleine « party » – qu’il finit par ne percevoir le monde que du point de vue strictement fondamental : structures porteuses des habitations et squelettes en mouvement. Le monde au travers du regard du Dr Xavier ressemble véritablement aux cités mortuaires (ou à un anti-monde) tout droit sorti des écrits de Lovecraft, et comme en témoigne le final, ce n’est certainement pas Dieu qui viendra  tendre la main.

Auparavant, nous serons passés en sa compagnie par quelques paliers sociétaires où toujours se répète le même schéma de l’exploitation du faible par le fort, où tout finalement n’est que question de monopole : la science qui veut s’approprier ses recherches, la petite frappe qui l’héberge et exploite son talent. Quelqu’un qui voit le monde pour ce qu’il est, c’est quelqu’un de contre-productif par définition mais c’est aussi le plus à-même de changer les choses, et en cela la scène  du casino en est  l’illustration parfaite. Les effets spéciaux, restreints au point du vue du héros (à base de surexposition et de saturation des couleurs) ont très bien vieillis, quand aux idées générales, elles sont loin d’être  passées de date elles non plus.

Nonobstant2000

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

Festival Utopiales 2011: la programmation
Du 9 au 13 novembre 2011, Nantes explore les univers parallèles de l’Uchronie
Filmo-Express: Christopher Nolan
Retour sur le maître du blockbuster intelligent
Chips-Movie: La Galaxie de la Terreur" style=" background: transparent url(http://www.celluloidz.com/./wp-content/uploads/2016/03/GALAXY-OF-TERROR-150x85.png) no-repeat scroll 0% 0%; width: 150px; height: 150px; ">
Chips-Movie: La Galaxie de la Terreur
Space pot-pourri

About Nonobstant2000

Le samedi soir il mange des chips. Pas de catch, pas de foot; si tu veux tu peux venir!