Critique: The Dark Below [L’Étrange Festival 2015]

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

The Dark Below

de Douglas Schulze

avec  Lauren Mae Shafer, Seraphina Anne, David G.B. Brown, Veronica Cartwright

Etats-Unis – 2015 – 1h15

Rating: ★★☆☆☆

THE DARK BELOW

Une jeune femme se retrouve prisonnière sous la glace d’un lac gelé après qu’un psychopathe l’ait jeté dans un trou.

Presque sans dialogue, The Dark Below a pour projet ambitieux de livrer un thriller, quasi muet donc et en un curieux huis clos, entre le dessus et le dessous de la glace. Un pari des plus louables que l’on aurait aisément porté aux nues, s’il avait été complètement réussi.

Non la faute à une réalisation sympathique aux vues des contraintes inhérentes au concept (la plupart des scènes sont sous l’eau) qu’accompagne une photo des plus léchées. Mais plutôt à cause d’un scenario qui aurait gagné à être étoffé et qui tombe dans l’écueil du flashback narratif facile pour servir un twist pas si surprenant.

Reposant sur une histoire trop bancale et trop courte, le film s’étire en longueurs à coup de ralentis sur une bande son omniprésente, là où le silence aurait amené une dimension supplémentaire en réalisme et en tension, à l’image d’un Buried ou d’un Essential Killing.

Partant d’un postulat assez ambitieux, The Dark Below aurait pu être une expérience angoissante et singulière s’il n’était périclité par un scenario soucieux d’être trop explicite, délaissant l’essence même de son idée: la survie en milieu hostile. Dommage.

Lullaby Firefly

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.