Critique: La Forteresse noire [L’Etrange Festival 2015]

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 4.7/5 (3 votes cast)

.

The Keep

De Michael Mann

Avec Scott Glenn, Ian McKellen, Gabriel Byrne et Alberta Watson

Etats-Unis/Royaume-Uni – 1983 – 1h36

Rating: ★★☆☆☆

LA FORTERESSE NOIRE

 

Dans un bled de Transylvanie en 1943, des soldats Allemands s’intéressent de très près à une étrange forteresse dont personne n’ose parler. Ils réveillent un démon prisonnier la depuis des milliers d’années, et qui n’est autre que le mal en personne.

Après le succès du Solitaire, Michael Mann accepte d’adapter le roman Le Donjon de Francis Paul Wilson avec pour ambition d’en faire un grand film philosophique et une parabole sur le mal. Hélas, le tournage sera des plus tortueux. Des problèmes techniques, la pluie et le froid retarderont considérablement l’avancée des opérations, et le glas sera sonné suite au décès de Wally Weevers, responsable des effets optiques. Paramount refusera de lui trouver un remplaçant et bloquera les fonds, même si Bilal s’occupera finalement du très beau design du démon Molassar sur demande de Mann.

Le montage initial du réalisateur étant de 3h30 et la durée du film de 1h30, on comprend aisément pourquoi La Forteresse Noire est loin du chef-d’œuvre qu’il aurait dû être. Pourtant, le film marche assez bien durant 40 minutes, notamment pendant une introduction fascinante tant elle promet un spectacle comme nul autre, sur la superbe musique de Tangerine Dream. Et puis les coupes se font plus que sentir, les scènes s’enchaînant sans transitions logiques, les effets spéciaux pas encore terminés agressent l’œil comme un gros Z et les relations entre les personnages se perdent dans un micmac incompréhensible.

Subsiste bien sûr quelques plans superbes et une foule d’idées passionnantes, mais le mal est fait. A noter que le film n’a jamais bénéficié d’une sortie en DVD, et donc qu’un Director’s Cut semble de moins en moins probable. Mais qui sait ? Si un jour un réalisateur influent tel que Tarantino se penche dessus, l’espoir est permis !

 

Evilhost

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Evilhost

Venu du futur pour empêcher Argento de devenir aussi mauvais qu’Uwe Boll, j’ai malheureusement échoué dans ma mission. Ainsi donc, je suis bloqué dans cette réalité alternative ou Spielberg est considéré comme un génie, condamné par les dieux du bis à mater en boucle et pour l’éternité la filmo de Jean Luc Godard.