Critique: La Chambre interdite [L’Étrange Festival 2015]

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

.

The Forbidden Room

De Guy Maddin et Evan Johnson

Avec Roy Dupuis, Clara Furey, Louis Negin, Udo Kier, Mathieu Amalric, Géraldine Chaplin, Maria de Medeiros et Charlotte Rampling

Canada – 2015 – 2h00

Rating: ★★★★☆

THE FORBIDDEN ROOM

L’équipage d’un sous-marin qui a perdu son capitaine part à la recherche de Margot, retenue prisonnière dans une succession d’histoires dans l’histoire relevant du pur rêve éveillé.

A la base, il y avait Spiritismes, un projet expérimental réalisé en 2012 et en public au Centre Pompidou proposant une série de courts-métrages de Guy Maddin (The Saddest Music in the World) inspirés d’œuvres non réalisées ou tout simplement perdues de l’Histoire du Cinéma. Enfin regroupées dans La Chambre interdite, ces pastilles intemporelles viennent se fondre dans un kaléidoscope visuel pour une nouvelle proposition d’un cinéma muet qui se serait doté de couleurs et …de sons.

Cinéaste de la texture, Guy Maddin s’amuse avec la singularité du cinéma muet, avec ses intertitres et sa pellicule qui peut se détruire à tout moment. Festival de couleurs et de formes, La Chambre interdite permet au réalisateur canadien, aidé du jeune Evan Johnson, de pousser à fond son esthétique venue d’un monde parallèle où le cinéma aurait pu bénéficier d’une contribution artistique encore plus importante de cinéastes maudits comme Eric von Stroheim, F.W. Murnau ou Jean Vigo.

Avec un casting parmi les plus prestigieux de sa carrière (on retrouve les fidèles Udo Kier et Maria de Medeiros tandis que des contributions aussi évidentes pour le cinéma de Maddin que celles de Géraldine Chaplin ou Charlotte Rampling viennent enfin se rajouter à la liste, sans parler de l’adoubement d’un Mathieu Amalric), Guy Maddin offre une quintessence abstraite de son cinéma déjà très abstrait qui, en dépit de sa rigueur sans concession, lui a valu d’être considéré comme l’un des cinéastes les plus importants de notre époque. Il y a sûrement une histoire en filigrane dans cette Chambre interdite mais on se laissera volontiers hypnotiser par ce rêve éveillé qui repousse les expérimentations du cinéma jusqu’à ses derniers retranchements.

The Vug

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About The Vug

Utilisant que très rarement sa soucoupe volante en raison de son mal des transports, The Vug passe ses journées devant la télévision en se gavant de nicotine (l’unique aliment terrien qu’il peut supporter). En attente d’une régularisation de sa situation (ses papiers d’identité n’étant pas reconnus par l’administration), il descend régulièrement au bistrot en bas de chez lui, toujours accueilli par le patron d’un affectueux « Et un p’tit blanc pour le p’tit gris ! ».