Un film en un plan: Five Deadly Venoms

.

.

Le Grand-Maître de l’Ecole du Poison se sentant sur le déclin, il confie à son dernier disciple, le jeune Yang Tieh, la mission de laver l’honneur du Clan, réputé pour ses méfaits, en retrouvant et en tuant ses anciens élèves. Tous pratiquent un kung-fu particulier (inspiré d’un animal : le Centipède, le Scorpion, le Serpent, le Lézard, le Crapaud) que le Maître n’a pu enseigner à Yang Tieh que superficiellement, c’est pourquoi il lui recommande de s’associer par tous les moyens avec au moins l’un d’entre eux, pour qu’il lui enseigne sa technique. Sans cela il pourrait bien ne pas être de taille à affronter ses ennemis. Il n’est pas dit que les disciples se connaissent entre eux mais le Grand-Maître pressent que tous sont probablement à la recherche d’un trésor (butin accumulé des actions sanglantes du Clan) actuellement en la possession d’un autre ancien professeur de l’Ecole dont tout le monde ignore la nouvelle identité. Déguisé en mendiant, Yang Tieh découvre peu à peu les liens de pouvoir entre les autorités et les criminels de la ville, et les masques des anciens disciples finissent par se révéler un à un…

FIVE DEADLY VENOM

Datant de 1978, une des productions les plus emblématiques des Shaw Brothers, sous l’égide de l’un de leur plus prestigieux réalisateur, Chang Cheh. L’accent est mis sur les valeurs fraternelles ainsi que l’honneur du devoir, sans pour autant conter fleurette toutefois, les combats sont parfois sanglants et les manigances des méchants, sous le paravent de l’autorité, sont absolument fielleuses et perfides à souhait. Les personnages, avec leurs techniques de combat respectives, étant une influence directe pour le Kill Bill de Quentin Tarantino (lui-même fan avéré des Kung Fu Pan de la renommée compagnie) nous nous excuserons donc par avance pour cette incitation involontaire à la consommation massive et décomplexée de bière et de pizzas.

 

                                                                                                         Nonobstant2000

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

Critique de The Lost Bladesman
Le héros qui vécut par l’épée et périt par l’épée
Critique de Dolemite [L’Etrange Festival 2014]
Muthafucker !!!
Un film en un plan: Berberian Sound Studio" style=" background: transparent url(http://www.celluloidz.com/./wp-content/uploads/2014/12/berberian-sound-studio-3-150x80.jpg) no-repeat scroll 0% 0%; width: 150px; height: 150px; ">
Un film en un plan: Berberian Sound Studio
Analyse d'un film en un plan

About Nonobstant2000

Le samedi soir il mange des chips. Pas de catch, pas de foot; si tu veux tu peux venir!