Critique: Dog Soldiers

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 4.7/5 (3 votes cast)

.

Dog Soldiers

De Neil Marshall

Avec Sean Pertwee, Kevin McKidd, Emma Cleasby et Liam Cunningham

Royaume-Uni/Luxembourg – 2002 – 1h45

Rating: ★★★★☆

DOG SOLDIERS

Un commando de l’Armée Britannique en mission d’entraînement se retrouve confronté à une meute de Loups-Garous.

George Romero avait pour coutume de dire que le thème du zombie était tellement intéressant et riche qu’il pourrait y avoir un film de zombies par an. L’avenir lui a donné raison, c’est devenu le cas, mais l’on regrette que les scénaristes et les producteurs ne se cassent pas autant les méninges en ce qui concerne les autres créatures horrifiques que sont les vampires et les loups-garous. Moi je trouve ça super-cool les loups-garous, devrait y avoir plus de films avec des loups-garous, et pour une fois que je tombe sur un bon film de loups-garous, autant en profiter pour militer deux minutes pour la cause des loups-garous au cinéma.

Il en faudra certainement pour arriver à la cheville du Hurlements de Joe Dante, et en attendant le Werewolf Women Of the S.S de Rob Zombie qui ne se fera jamais, on peut toujours ronger son frein avec cette sympathique galette datant de 2002. Simple, clair et précis, le pitch de départ emprunte quelque peu à celui de Predator de John McTierman, en le retransposant dans la Lande Écossaise et en substituant à une créature extra-terrestre une meute de loups-garous, dont on se demande bien d’où ils sortent. Et pour cause, cela donnera lieu à quelques rebondissements, ce sont en fait des armes militaires.

Le cadre de l’intrigue est volontairement resserré pour des raisons de budget qu’on imagine bien, et rapidement confiné à une seule unité de lieu, une maison, qui devient un peu le Fort à défendre comme dans un bon vieux western, exactement comme le cultissime Assault of Precint 13 de John Carpenter. La violence des scènes d’action n’en fonctionne que mieux, et l’on doit avouer que celles-ci sont même menées tambour battant avec une belle maîtrise. Tous les petits éléments anodins (dans le désordre : le chien, l’ouvre-lettre – je reste volontairement cryptique) finissent par trouver leur place. Les dialogues sont excellents , certaines situations dramatiques bourrés d’humour et de références sympas (Matrix) et surtout le Evil Dead de Sam Raimi – il y a un personnage qui s’appelle même Bruce Campbell , et un autre, Harry G. Wells !

Pendant un temps une suite avait longtemps été annoncée pour 2005, (Dog Soldiers 2 : Fresh Meat ) et puis depuis, plus rien. C’est bien dommage, je suis peut-être le seul à vouloir voir un film sur des expérimentations scientifiques livrés sur des êtres humains pour les transformer en loups-garous (je me demande d’où ça vient) en tout cas, le film de Neil Marshall fonctionne aussi bien en soi que en tant que premier volet d’une franchise éventuelle, sinon mieux (c’est carrément une très belle ouverture pour des suites éventuelles) dans sa façon justement de ne pas dévoiler tous les tenants et les aboutissants de sa trame, juste en faisant monter le spectateur en marche. Le film vaut absolument son pesant de chips, ce qui n’est pas un vain compliment.

 

                                                                                                       Nonobstant2000

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Nonobstant2000

Le samedi soir il mange des chips. Pas de catch, pas de foot; si tu veux tu peux venir!