Un film en un plan: Phantom of The Paradise

 

Phantom Press

Flamboyant chef d’oeuvre de Brian De Palma, Phantom of the Paradise combine deux mythes, celui de Faust et du Fantôme de l’Opéra et les transpose dans le psychédélisme glam des early 70’s. Mais au delà de son statut de film culte, le film dresse une critique virulente de l’industrialisation de l’Art, la Musique dans le cas présent, privant l’artiste de sa liberté de créer et dénaturant l’oeuvre de son essence. Une scène illustre littéralement ce postulat: l’accident de la presse à disque. Emprisonné à tord à cause de Swan et tout juste échappé de prison, Winslow commet un attentat dans les locaux de Death Records, plus précisément dans l’usine de pressage des disques. Mais l’attentat tourne mal et le pauvre Winslow se retrouve la tête dans une machine à presse. Défiguré, il fuit alors vers le Paradise, dans les coulisses duquel il établira sa vengeance.

Le film se construit sur l’opposition du compositeur / artiste façonnant son oeuvre et du producteur /revendeur qui cherche à formater, adapter pour connaître succès et richesse. La métaphore qui résulte de cette scène demeure un choc visuel, version horrifique du gag de Chaplin dans les Temps Modernes, le visage du pauvre bougre fondant littéralement, comme le vinyle: la machine, la reproduction à outrance (in extenso le producteur) broie l’artiste, le presse comme un citron pour le vider de son essence même, son Art, qu’il reproduira en série avant d’en inonder le monde.

Chef d’oeuvre qui n’est plus à présenter, Phantom, bien qu’il demeure ancré dans une esthétique 70’s, est doté d’un discours conservant une résonance vivace même 40 ans après, touchant à cette universalité et à cette intemporalité qui façonnent les mythes.

Lullaby Firefly

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

Un film en un plan: Max et les Maximonstres" style=" background: transparent url(http://www.celluloidz.com/./wp-content/uploads/2014/12/vlcsnap-2014-12-15-10h34m26s237-150x61.png) no-repeat scroll 0% 0%; width: 150px; height: 150px; ">
Un film en un plan: Max et les Maximonstres
Analyse d'un film en un plan
Un film en un plan: Rats - Night of Terror
Analyse d'un film en un plan
Un film en un plan: The Rocky Horror Picture Show
Analyse d'un film en un plan

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.