Spectre, le nouveau James Bond, dévoile son casting

 
 
 
Spectre

Sam Mendes rempile pour un nouveau volet de James Bond dont le tournage est imminent. Au préalable, le réalisateur a présenté à Londres son casting et les lieux de tournage du film. Spectre, le titre du nouveau long-métrage, fait référence à d’anciennes péripéties de 007. Via Opération Tonnerre (1961), Au service de Sa Majesté (1963) et On ne vit que deux fois (1964), l’agent anglais le plus célèbre au monde se confrontait à une organisation de grand banditisme d’ordre mondial, dirigé par un homme balafré au visage et portant un chat blanc qu’il caresse sans arrêt… Ne pensez pas à Austin Powers! Mais à Ernst Stavro Blofeld, la tête pensante du groupuscule Spectre.

Pour incarner à nouveau ce personnage culte, il semblerait que le choix se soit porté sur Christoph Waltz (bien qu’il soit annoncé pour interpréter un certain Oberhauser). Et concernant les James Bond Girls, c’est un choix méditerranéen: Monica Belucci (50 ans et très bien conservée!) et l’actrice française montante internationalement Léa Seydoux. Dans Skyfall on disait adieu à Judi Dench remplacée par Ralph Fiennes, quant à Ben Wishaw (Mr gadget) et Naomie Harris (Eve Moneypenny), ils seront à nouveau présents. Les principaux lieux de tournage sont Tanger, le Mexique et surtout Rome pour le grand final (la production a promis que James Bond conduira même une Fiat). Petit bémol: ce qu’on aime du James Bond version Daniel Craig est son côté plus noire et mélancolique, mais aussi des méchants réalistes et non excentriques. Avec le retour d’un méchant à l’ancienne y a-t-il un risque de retour au kitsch? Pour une possible réponse, rendez-vous fin 2015.

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…