Un film en un plan: Drive

 
 
 

A Los Angeles, un jeune mécano partage son temps entre cascades occasionnelles pour le cinéma et conducteur pour des mafieux lors de braquages et autres faits de banditisme. Un jour, il dépanne sa voisine Irène, qui élève seule son fils Benicio, pendant que son mari Standard Gabriel purge une peine de prison. Tombé amoureux de la jeune femme et pris d’affection pour son fils, le jeune homme va accepter d’aider Standard sur un ultime coup, pour protéger leurs vies.

 

Drive

 

Superbe allégorie du super héros moderne, oscillant entre la narration de la romance et celle du thriller pur, Drive est avant tout une parabole au sens biblique comme au sens rhétorique du terme. Car le “driver” est un archange, défendant la veuve (pour qui il éprouve un amour pieux) et l’orphelin, quitte à se salir les mains, car son intention est pure. Il est la version “deluxe” de Standard Gabriel (comme l’atteste la scène où ce dernier raconte sa rencontre avec Irène). Son héroïsme se révèle à mesure que ses actes trouvent une justification, une raison morale. Cette scène (dont ce photogramme a été coupé au montage) montre cet instant précis du film où il devient acteur de l’action: il va s’opposer à Bernie Rose et ses hommes, dans un tourbillon de violence jusqu’à la confrontation finale. Pourtant, les lumières de ce couloir, dans ce lieu de luxure, dessinent les contours de grandes ailes… Au final, n’est-ce pas un peu ça aussi, une cape de super héros?

 

Lullaby Firefly

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.