Glossaire des lieux communs au cinéma : Première partie

 
 
 

Lieux communs, clichés, poncifs, expressions, codes ; le cinéma a développé un langage, une grammaire qui ne cesse d’évoluer avec le temps. Mais cela n’empêche pas le septième art de se coltiner des tics visuels ou narratifs qui selon la sensibilité du spectateur passent soit inaperçus, soit lui gâchent tout simplement le film. On a tous un pote super lourd qui ne peut s’empêcher de préciser pendant la séance : « Ne raconte pas ta vie, tire ! » Ou encore : « Mais pourquoi elle cache sa poitrine sous le drap, ils viennent tout juste de s’envoyer en l’air ! ». Comme dirait Mike Myers, pourquoi personne ne se soucie-t-il de la famille des hommes de main ? Alors c’est l’histoire d’un mec…

 

– Le mec qui court tout droit.

ENFER MECANIQUE

Il lui passe quoi par la tête à ce mec ? Une voiture le poursuit, elle lui colle au cul et il ne trouve rien à faire de mieux que courir tout droit, souvent au milieu de la route. Comme si il se fixait un point à l’horizon et : « AAAAAAAAAAH », il court. Il n’emprunte pas de petites ruelles, il ne fait pas de zigzague dans le champ de blé, il ne fait aucune feinte, non, il file droit comme Forest. Pourtant un homme sprinte en moyenne à vingt kilomètres par heure (s’il n’est pas dopé), une voiture dépasse largement cent kilomètres par heure (à part les Skoda), je précise au cas où si vous êtes un jour amenés à devoir courir pour échapper à une voiture : Ces machins vont plus vite que vous.

 

– Le mec qui ne voit rien.

SILENT HILL

Le mec il entre dans une pièce sombre, mais pas trop. On voit quand même tout ce qui s’y trouve, on distingue absolument tout. Mais le gars allume une lampe torche… Et si le malheureux ne doit surtout pas être vu et qu’il entend un bruit suspect, il ne l’éteint pas. Non, il pose sa main sur le dessus de la lampe pour cacher la lumière et serre l’objet contre sa poitrine. Si la lumière commence à clignoter, signe que les piles s’affaiblissent, il ne peut pas résister à lui mettre des gifles avec la paume de la main, ce qui comme par magie relance les piles qui fournissent assez d’énergie à la lampe pour tenir encore un bon quart d’heure (la chimie et ses secrets…).

 

– Le mec qui creuse comme une pelle mécanique hydraulique.

NUITS NOIRES

Vous avez déjà creusé un trou dans la terre avec une pelle et vos petites mimines ? Au cinéma, notre mec est parfois contraint de creuser un trou, souvent pour cacher un cadavre ou pour accueillir sa propre tombe (généralement entourée de quatre mafieux armés de batte de base-ball dans ce cas précis). Et le pauvre mec, il arrive à creuser un trou rectangulaire hallucinant, avec des angles parfait de quatre vingt dix degrés, d’une profondeur d’un mètre cinquante et respectant même les normes européennes des mesures pour les cercueils. Et le tout en quelques minutes. Normalement, ses mains devraient ressembler à des steaks tartares après avoir creuser un truc pareil, mais bon il transpire de temps en temps quand même, faut pas déconner.

 

– Le mec qui ment trop mal, mais qu’on croit sur parole.

MIDNIGHT EXPRESS

« Euuuuh, oui, non, je me souviens très bien, euuuuh, c’était hier, enfin la semaine dernière je crois, hé hé, je ne euuuuh, non c’est juste qu’en fait, oui, héhé… » Le mec qui ment trop mal ou qui bégaye, transpire et perd son sang froid alors qu’il ne faut surtout pas (il est sensé être undercover) mais personne ne trouve ça suspect ou ne relève. On se souvient malheureusement tous de la pénible scène de Die Hard 4 durant laquelle le personnage de Justin Long essaie de convaincre la dame de démarrer sa voiture avec un pitch totalement improbable. Ou le célèbre mec qui doit passer la douane avec du matos prohibé dans sa valise, le douanier le regarde longuement dans les yeux depuis son guichet, notre gars vire au blanc, se met à transpirer comme une serpillière puis l’agent vient briser le long suspense en écrasant son tampon sur le passeport de notre héros : « Bon séjour en Turquie, monsieur ».

 

Le mec qui endort les gens avec la tranche de la main.

Star Trek

Pour qu’un être humain subisse un KO, il faut qu’il encaisse un coup assez violent de manière à ce que son cerveau heurte violemment la boite crânienne et entraîne une perte de lucidité, d’équilibre, d’audition, voir même une perte de connaissance (vous n’avez jamais vu un Rocky ?). Pourtant au cinéma, le mec balance simplement une manchette à la nuque de son adversaire pour l’assommer et l’endormir comme un bébé. Très pratique pour neutraliser les gardes et autres militaires de manière non létale.

 

Le mec qui n’allume pas la lumière.

sinister-Sinister_06242_rgb

Contrairement au mec dont nous avons parlé plus haut, celui qui allume sa lampe de poche tout le temps, il y a aussi le cas du mec qui n’allume pas la lumière. On retrouve cette situation le plus couramment dans les films d’horreur. En pleine nuit, notre mec entends des bruits bizarres dans son appartement. Il choppe sa batte de base-ball et déambule dans la maison en cherchant d’où proviennent les sons, mais il n’allume pas la lumière. Il préfère chier sa race dans le noir, en se cognant contre le buffet et en manquant de défoncer le crâne de sa sœur qui sortait brusquement des toilettes dans la pénombre (elle aussi, elle n’allume pas la lumière).

 

– Le mec qui cache un secret à sa nouvelle copine, alors qu’il n’y a aucune raison de le faire.

HITCH

Souvent dans les comédies romantiques, le troisième acte est lancé par une dispute suite à la découverte d’un mensonge qui met à l’épreuve les sentiments des nouveaux amoureux. Malheureusement, la plupart du temps c’est une cachotterie certes un peu dérangeante, mais facilement explicable. Pourtant notre mec, lui, il ne dit rien. Et toi tu sais pertinemment qu’elle va découvrir le secret, que sa confiance va être mise à rude épreuve et que les deux tourtereaux se réconcilieront et s’embrasseront fougueusement dans un aéroport à la fin (ou une gare). Pourtant un simple « Écoute, j’ai un truc à t’avouer, ça ne va pas te plaire, seulement je ne veux avoir aucun secret pour toi… J’ai tué ta mère avec un couteau, ton père m’a conseillé de ne rien te dire parce que ce n’était pas ta vraie maman » aurait suffit au premier rendez-vous pour dissiper tout malaise. C’est forcément un secret pardonnable, puisqu’elle lui pardonne toujours à la fin.

 

– Le mec qui reçoit des messages du fantôme du Père Fouras.

GOTHIKA

Vous aimez les thrillers surnaturels ou les films de fantômes à base d’enquête ? Lorsque le fantôme laisse des énigmes ou des indices à notre mec pour qu’il résolve un crime horrible (souvent celui du fantôme lui même). Il y a tout le temps une idée qui me taraude la cervelle dans ce genre de film et qui me fait sortir directement du métrage. Si le fantôme est capable de laisser un message dans la buée du miroir de la salle de bain, ou directement sur la peau du héros en mode scarification, pourquoi il n’écrit tout simplement pas l’identité du tueur directement ? Je sais, sinon il n’y aurait pas de film, mais avouez quand même que ce problème, les scénarises n’arrivent pas à le contourner. Même dans les bons films comme L’Orphelinat, ou les moins bons comme Gothika, on retrouve cette faiblesse dans les scripts.

 

– Le mec qui n’a pas de porte-clés.

Terminator 2

Si vous voulez voler la voiture d’un mec au cinéma, vous avez neuf chances sur dix de trouver les clés du contact dans le pare-soleil. Par contre si vous êtes poursuivis par un tueur, inutile de chercher les clés dans la voiture, elles sont restées dans la poche du psychopathe que vous venez d’assommer et qui peut se réveiller d’une minute à l’autre, bonne chance. Si vous voulez cambrioler une maison, cherchez dans le peau de fleur ou sous le paillasson à l’entrée. Ce ne sont même plus des planques, vous avez plus de chance que le voleur ne trouve pas les clés en les laissant sur la serrure tellement ces cachettes sont gravées dans l’inconscient collectif. C’est encore un lieu commun que l’on retrouve souvent, même dans les films récents. Ne planquez pas de drogues dans votre anus non plus, c’est grillé depuis longtemps aussi.

Gutbuster

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Gutbuster

Gutbuster est un fantôme, un esprit frappeur s'amusant à effrayer les gens dans leur quotidien. Infligeant des tortures mentales abominables, le bougre s'amuse à intervertir les dvd dans des mauvaises pochettes, ouvrir les boites de figurines ou encore régler les radio-réveils sur NRJ. Il peut aussi s'amuser à pirater votre compte Amazon pour commander des livres de Berbard-Henri Levy ou le dernier film en date de Franck Dubosc. Tremblez, cinéphiles du monde entier, Gutbuster veille au grain pour vous faire trembler d’effroi !

No Comments

Start the ball rolling by posting a comment on this article!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Humain ou robot? * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.