Critique: Sin City – J’ai tué pour elle

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

.

Frank Miller’s Sin City : A Dame to Kill For

De Frank Miller et Robert Rodriguez

Avec Mickey Rourke, Powers Boothe, Eva Green, Jessica Alba, Josh Brolin, Joseph Gordon-Levitt, Rosario Dawson, Bruce Willis, Dennis Haysbert, Ray Liotta, Christopher Meloni, Christopher Lloyd, Stacy Keach et Juno Temple

Russie/Etats-Unis – 2014 – 1h42

Rating: ★★★★☆

C’est toujours autant la merde à Sin City.  La danseuse Nancy veut se venger de la mort de Hartigan et cette vieille brute de Marv a encore envie d’exploser quelques têtes. Pendant ce temps, la vénéneuse Ava pourrit la vie de son ex, Dwight, et un mystérieux joueur nommé Johnny veut humilier aux cartes le tyrannique sénateur Kroenig. Ça va encore saigner…

Neuf ans après un premier volet plus que remarqué, le réalisateur Robert Rodriguez et l’auteur de roman graphique Frank Miller remettent le couvert pour de nouvelles histoires dans la ville du péché. Délaissant les fusillades de masse et le gore cracra au profit d’une retranscription fantasmée du Noir (qu’il soit Film ou Roman), ce Sin City : J’ai tué pour elle se veut plus lascif sans pour autant renier ce qui a fait le succès de son illustre prédécesseur. Soit du sadisme et de la violence hyper-stylisés.

Bon, neuf ans plus tard, cela reste toujours aussi viscéralement primitif que la première fois, porté par l’affection graphique maladive de Frank Miller pour l’auto-justice expéditive (la séquence d’introduction entre Marv et une bande de gosses de riches brûleurs de clodo donne le la). Si certains acteurs ne sont là que pour grossir la galerie d’affreux jojos en mode Dick Tracy dark (Stacy Keach, Ray Liotta, Christopher Meloni, Lady Gaga…), d’autres en revanche viennent marquer  indélébilement le film de leur présence. D’abord Mickey Rourke qui s’impose comme LE héros de la saga toute entière et surtout Eva Green qui, après 300 Naissance d’un empire, réitère l’exploit d’incarne la salope millerienne ultime, éclipsant le reste d’un casting féminin déjà très consistant (Jessica Alba, Rosario Dawson, Juno Temple…)

Séquelle dégraissée des élans bourrins du premier volet, Sin City : J’ai tué pour elle est plus élancé, plus glam, plus sexy…  Plus féminin en somme. Et il faudrait être bien grincheux pour venir s’en plaindre. Surtout si on a kiffé le premier.

 

The Vug

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About The Vug

Utilisant que très rarement sa soucoupe volante en raison de son mal des transports, The Vug passe ses journées devant la télévision en se gavant de nicotine (l’unique aliment terrien qu’il peut supporter). En attente d’une régularisation de sa situation (ses papiers d’identité n’étant pas reconnus par l’administration), il descend régulièrement au bistrot en bas de chez lui, toujours accueilli par le patron d’un affectueux « Et un p’tit blanc pour le p’tit gris ! ».