Critique: Alléluia

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)

.

Alléluia

 De Fabrice Du Welz

Avec Laurent Lucas, Lola Dueñas, Stéphane Bissot, Héléna Noguerra

France / Belgique – 1h35 – 2014

Rating: ★☆☆☆☆

Fabrice Du Welz est un réalisateur intéressant et ses films sont uniques, quoi qu’on en dise. Ici, il s’attaque à la fameuse histoire des Tueurs de la lune de miel. Ces derniers sont un couple d’Américains ayant tué plus d’une vingtaine de femmes entre 1947 et 1949, et dont l’odyssée à déjà été portée au Cinéma dans diverses adaptations. Malheureusement, à trop vouloir joué les punks du cinoche en cherchant absolument l’émotion brute et viscérale sans concessions, on finit par se prendre les pieds dans le tapis.

Gloria est une mère de famille célibataire qui vient de rencontrer Michel par le biais d’une site. Après une nuit passionnée, elle se rend compte qu’il n’est rien d’autre qu’un escroc en voulant à son pognon. Elle décide pourtant de le suivre, et laisse derrière elle sa petite fille. Ce que le brave Michel ne sait pas, c’est que Gloria est une psycho-killeuse en puissance et qu’elle tuera toutes celles qui s’approcheront de lui.

Tout ça, c’est très bien, mais le premier problème du film concerne directement la relation de ce couple fou. Si Laurent Lucas est formidable dans le rôle de Michel, l’attachement de son personnage à celui de Gloria est totalement artificiel et dénué d’émotions. Il n’y a rien dans cette dernière qui pourrait, ne serait-ce que l’espace d’une seconde, provoqué une quelconque empathie. Très pénible et à qui on aimerait coller des baffes, on souhaiterait nous-même abréger ses souffrances de femme amoureuse. Et ce n’est pas parce qu’elle hurle et tape du pied toutes les trois minutes que la magie va miraculeusement opérer.

Lorgnant assez régulièrement vers la comédie pure (Et c’est 100 fois plus drôle que toutes les comédie Française de l’année réunies), le ton du film oscille dangereusement entre sérieux imperturbable et poilade gentiment provoc. Il est donc assez difficile de si retrouver, car la tragédie ne semble finalement pas du tout à sa place.

Finalement, l’impression désagréable du film ne sachant pas ou il va ni ce qu’il fait se fait sentir. Ou comment remplir 1h35 avec pas grand chose et sans émotions. Reste quelques scènes visuellement intéressantes et dont Du Welz à le secret, mais on attendra plutôt poliment son prochain film. Parce que la, hormis voir une cinglé hystérique qui chiale tout le temps comme une gamine de 8 ans, j’ai pas retenu grand chose.

Evilhost

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Evilhost

Venu du futur pour empêcher Argento de devenir aussi mauvais qu’Uwe Boll, j’ai malheureusement échoué dans ma mission. Ainsi donc, je suis bloqué dans cette réalité alternative ou Spielberg est considéré comme un génie, condamné par les dieux du bis à mater en boucle et pour l’éternité la filmo de Jean Luc Godard.