Destino, le court métrage de Disney et de Dali

.

.

La survivance d’une info sur Internet est une chose extraordinaire, qui ferait pâlir penseurs et constructeurs de bibliothèque, de l’Antiquité à la fin du XXe siècle.

Ainsi, 11 ans plus tard, lors d’une pérégrination sur le Net, voici que je découvre l’existence d’un court métrage de 6 minutes datant de 2003, Destino,  projet initié à la base par deux grands noms ayant considérablement influencé l’Imaginaire et la représentation au XXe siècle, Salvador Dali et Walt Disney. Chose que je ne savais absolument pas, les deux hommes se vouaient l’un pour l’autre une admiration sans borne, ainsi que pour leurs travaux respectifs. Il n’en fallait pas plus pour que les deux amis se lancent dans une collaboration, une animation inspirée d’une chanson de l’artiste mexicain Armando Rodriguez. Durant 8 mois, de fin 1945 à 1946, Dali et John Hench, un des animateurs de Disney ayant officié sur Fantasia, bossent sur le storyboard du film. Mais l’Après-guerre est rude pour le studio et le projet est abandonné, voué à disparaitre.

Jusqu’à ce qu’en 1999, le neveu de Walt, Roy E. Disney qui bossait alors sur Fantasia 2000, décida de relancer le chantier et confia le bébé  à la branche française, Walt Disney Animation France (à qui l’on doit Le Bossu de notre Dame, Hercule, Tarzan ou encore Kuzco) basée à Montreuil, avec pas moins de 25 animateurs chapeautés par Dominique Monféry pour faire revivre le rêve des deux géants. Le résultat voit le jour en 2003 sous la forme de ce court métrage de 6 minutes, en grand partie fait avec les moyens traditionnels de l’animation même si l’équipe dut faire appel à quelques animations par ordi. Le résultat est stupéfiant, les styles des deux artistes semblant se fondre parfaitement. Pour la petite histoire, Destino fut le dernier court métrage que fit Walt Disney Animation France,  qui ferma ses portes la même année.

Une pure beauté à découvrir en intégralité:

 

 

Lullaby Firefly 

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.

No Comments

Start the ball rolling by posting a comment on this article!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Humain ou robot? * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.