Critique de Monuments Men

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 2.0/5 (1 vote cast)

 

The Monuments Men

De George Clooney

Avec George Clooney, Matt Damon, Cate Blanchett, Bill Murray, John Goodman, Jean Dujardin

États-Unis/Allemagne – 2014 – 1h58

Rating: ★★★☆☆


Durant la Seconde Guerre mondiale, sur tous les projets monstrueux d’Adolf Hitler, l’un d’eux fût de construire un grand musée. En effet, l’ancien recalé des Beaux-Arts de Vienne devenu Fürher pille toutes les galeries et œuvres d’Église possible pour son bien personnel. Mais des soldats américains diplômés d’art et quelques européens vont empêcher ce projet…

Histoire dans la grande Histoire, car elle est méconnue dans l’événement global qu’est la Seconde Guerre mondiale, George Clooney propose une originalité de film de guerre, montrer la guerre autrement. On voit la plage du débarquement mais la bataille est déjà passée, ainsi qu’on montre d’autres champs de bataille (Ardennes, en Allemagne…). Et quand bien même, il y a des séquences de lutte, elles sont en complet décalage: un enfant-soldat nazi sniper, un duel façon Le bon, la brute et le truand aboutissant en pause-clope ou une prairie devenant un champ de bataille où les Monuments Men sont des victimes collatérales.

Mais cela ne suffit pas à la volonté épique de Monsieur Clooney. Malheureusement, la seconde moitié du film a des allures de « catalogue », où la voix off de Clooney se conjugue à un empilement, une accumulation, une compilation, bref à une énumération de nombreuses scènes ne favorisant guère la fluidité du film. Mais il n’y a pas pour autant de lourdeur, juste un terrible problème de rythme. D’autant plus que les acteurs semblent sous-exploités. Et de cette magnifique inspiration « on peut exterminer toute une génération et raser leurs maisons, leurs villes, quelque chose pourra toujours survivre. Mais si on détruit leur art, symbole d’une conception et d’une manière de vivre, c’est comme si ces gens n’avaient jamais existé », dont on ne peut qu’être d’accord, elle se révèle vide quand on sait ce que les Américains ont fait en Irak, en Afghanistan ou au Vietnam. Donc c’est peut-être la seule fois de l’histoire où une armée se bat pour de l’art.

Monuments Men est un film plaisant mais pas aussi recherché qu’il prétend. On peut alors se consoler de regarder une nouvelle bande de potes au cinéma, surtout quand ce sont des semi-bras cassés attachants.

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…