Critique d’Odd Thomas

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 4.0/5 (3 votes cast)

.

Odd Thomas

De Stephen Sommers

Avec Anton Yelchin, Addison Timlin, Willem Dafoe, Ashley Sommers, Nico Tortorella, Arnold Vosloo

États-Unis – 2013 – 1h40

Rating: ★★★★☆

Odd Thomas, en plus d’avoir un nom étrange, est doté d’un don extraordinaire, il peut voir les morts et a des visions prémonitoires. Lorsqu’un homme entre dans le diner où il travaille, Odd remarque que ce dernier est suivi par des Bodachs, des esprits attirés par le Mal et la mort imminente. Le jeune medium réalise qu’au vue de leur nombre, un horrible évènement va bientôt frapper la ville.

Stephen Sommers est un très bon artisan et l’a prouvé par maintes fois, d’Un Cri dans l’Océan au délire La Momie, retour à un film d’aventure à la Spielberg, en passant par Van Helsing et son Hugh Jackman cabotin. Pas étonnant qu’on lui ait confié la réal de G.I. Joe : Le Réveil du Cobra, le bonhomme sachant largement gérer un budget et un actionner grand envergure. Mais Sommers n’est réellement à fond que lorsqu’il écrit lui même ses scenarii. Adapté du roman de Dean Koontz, Odd Thomas est probablement un de ses meilleurs.

Le réalisateur prend un détour inattendu, faisant de son personnage éponyme un super héros, avec side-kick (Stormy, la petite amie interprétée par la ravissante Addison Timlin) et Commissaire Gordon (Willem Dafoe), donnant à son film une narration et une réalisation très « comics », appuyées par l’utilisation de la voix off d’Odd Thomas, créant ainsi immédiatement une sympathie pour son personnage, le rendant assez singulier pour en devenir iconique.  Porté par un rythme très dense, Odd Thomas allie aussi bien fantastique, thriller et action, tout en gardant une légèreté comique l’empêchant de sombrer dans l’Horreur (alors qu’au final, le sujet s’y prêtait), l’ancrant dans un fantastique solaire, à la manière des succès 80’s, tout en parvenant à insérer de vrais moment d’émotion dramatique.

 Réalisateur inégal mais généreux, Stephen Sommers fait partie de cette catégorie de bons artisans, qui , à défaut de révolutionner le genre, apportent leur lot de métrages sympathiques, plus ou moins réussis mais toujours porteurs de leur amour évident pour le cinéma de genre. Avec Odd Thomas, Sommers vise juste et frappe fort, livrant un de ses meilleurs films, si ce n’est le meilleur.

Lullaby Firefly

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.