Critique de The Man from the Future [L’Etrange Festival 2013]

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)

.

O Homem do Futuro

De Claudio Torres

Avec Wagner Moura, Alinne Moraes et Maria Luisa Mendonça

Brésil – 2011 – 1h46

Rating: ★★★★☆

Malgré son surnom, Zero est un génie de la science qui est sur le point de découvrir une nouvelle forme d’énergie avec la machine révolutionnaire qu’il a créée. Mais, durant sa dernière expérience, sa machine l’envoie 20 ans en arrière, à l’époque où le scientifique, alors étudiant, subissait  la grande humiliation de sa vie qui lui a valu son surnom. Tentant de convaincre son jeune lui-même de prendre son destin en main, Zero provoque une succession d’évènements qui vont modifier l’avenir.

Spécialisé dans la comédie et le fantastique, le réalisateur brésilien Claudio Torres s’attaque au thème du voyage dans le temps avec The Man from the Future, suivant les chemins de SF humoristique de la trilogie Retour vers le futur de Robert Zemeckis. Sorti dans son propre pays depuis plus de deux ans déjà, le film est littéralement porté par Wagner Moura (Troupe d’élite), que l’on a déjà pu récemment apercevoir dans le rôle de Spider, le Che Guevarra d’Elysium de Neill Blomkamp, et qui se concentre ici sur un jeu d’acteur essentiellement comique.

Version légère de L’Effet papillon, The Man from the Future parle avant tout d’amour et d’ambition. Concentrée sur la romance inaboutie entre Zero et la fille de ses rêves, l’intrigue est plus intéressée par le parcours émotionnel de ses personnages que par la complexité des paradoxes temporels. Si son scénario prend quand même le soin de « boucler sa boucle », le propos de The Man from the Future est de démontrer que les individus sont caractérisés bien plus par ce qu’ils font que par ce qu’ils pensent. Le cheminement de Zero va ainsi l’amener à se démultiplier durant ses allers retours temporels,  comme autant de variations de sa propre personnalité.

Si le résultat ressemble plus à une comédie fantastique des Inconnus qui auraient adapté une histoire de Fredric Brown (par ses mimiques, Wagner Moura rappellerait même le Didier Bourdon des grandes heures), The Man from the Future recèle suffisamment de bonnes idées pour se positionner comme un agréable divertissement.

 

The Vug

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About The Vug

Utilisant que très rarement sa soucoupe volante en raison de son mal des transports, The Vug passe ses journées devant la télévision en se gavant de nicotine (l’unique aliment terrien qu’il peut supporter). En attente d’une régularisation de sa situation (ses papiers d’identité n’étant pas reconnus par l’administration), il descend régulièrement au bistrot en bas de chez lui, toujours accueilli par le patron d’un affectueux « Et un p’tit blanc pour le p’tit gris ! ».