Double critique Red/Red2

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

 

Red 

De Robert Schwentke

Etats-Unis – 2010 – 1h51

Red 2

De Dean Parisot

Etats-Unis – 2013 – 1h57

Avec dans les deux films Bruce Willis, John Malkovich, Hellen Mirren, Marie-Louise Parker,

Rating: ★★★☆☆

Par deux films, qui sont des adaptations de bande dessinée, nous suivons les aventures, d’anciens agents de la C.I.A aujourd’hui retraités et par conséquent classifiés « Retraités Extrêmement Dangereux », Frank et Marvin. Et il y a une ancienne du MI-6, Victoria. Suite à une vieille affaire datant de la Guerre Froide, ces vétérans sont traqués, il en est de même dans la suite…

S’est-on déjà posé la question de savoir ce que pourrait faire James Bond en retraite? Les deux films semblent dire qu’il s’ennuie véritablement. Ces personnages mis en scène, seuls, dont certains espèrent encore trouver l’amour, font preuve d’humour mais aussi d’une efficacité meurtrière en contraste avec leur âge, « c’est les dans vieux pots qu’on fait les meilleurs soupes ou confitures », cela dépend s’ils ont encore des dents. Moins lourd et mieux rythmé que les Expendables, qui est la preuve que Bruce Willis est l’action man de ces 20 dernières années (il est à l’affiche du projet cité au-dessus de Stallone, mais c’est aussi Joe de G.I. Joe), on se passionne pour cette réflexion assez basique de la Guerre Froide 20 ans plus tard où des vieux sont dans un contexte de film de survie. Mais c’est aussi un road movie à travers les Etats-Unis (le pentagone, New Jersey…)

Dans le second volet, le film de survie est enrichi par elle, Marie-Louise Parker. Tout comme Robin Wright, elle fait partie d’une génération de quelques actrices qui auraient dû faire le cinéma des années 90 et 2000 mais des mauvais choix de carrière ou de non-volonté de jouer le jeu hollywoodien, elle a rebondi avec la série Weeds après des prestations remarquées datant des années 90 (Beignet de tomates vertes, Grand Canyon, Les cinq sens). Elle pose le problème de la longévité d’un couple, comment garder l’excitation et la passion. Et surtout elle s’immisce dans l’univers des agents secrets, avec une philanthropie charmante face à la violence du contexte et de certains situations. Quoique dans les deux films, John Malkovich n’est pas en reste. On peut aussi noter la présence au casting de Lee Byung-Hun (J’ai rencontré le diable), en tueur à gages classe et imprévisible qui pourrait, encore mieux que Jet Li, faire une carrière aux Etats-Unis (il a été aussi à l’affiche des deux volets G.I. Joe). Et de plus, le road movie est cette fois-ci mondial (Moscou, Londres, Paris…)

Bref, cette franchise est du pop-corn movie sans arrière-goût, assez léger avec quelques points d’actualité (le cas iranien) et composé exclusivement d’acteurs de plus de quarante ans, ça le fait pour un film d’action.

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…