L’Etrange festival 2013 : le palmarès

 
 
 

L’Etrange Festival 2013, le bilan

Cette 19e édition a bien tenu ses promesses, délivrant son lot de perles étranges et autres métrages d’une diversité surprenante. Documentaires nostalgiques ou ésotériques, errance hallucinatoire et descente aux Enfers, comédie loufoque et thriller d’une noirceur abyssale, dessins animés poétiques ou potaches, autant de découvertes et de genres abordés. Fantômes, assassins, mafieux, cannibales, alchimistes, psychopathes, voilà le type de faune que l’on a pu y rencontrer.

En ressort deux lauréats, à l’issue de la cérémonie de clôture qui a eu lieu hier, The Major, prix Nouveau Genre remis par Canal + Cinéma et Why Don’t you play in Hell ? de Sono Sion, auréolé du prix du Public. Pour les courts métrages, The Voicie Thief d’Adan Jodorowsky remporte les deux prix, mettant ainsi jury et public d’accord.

Peu de déceptions pour pas mal de surprises, pour une programmation toujours en accord avec la ligne du festival. On retiendra cependant quatre films, chaque rédacteur vous recommandant son coup de cœur. The Vug est encore  tout ému de sa vision de It’s such a beautiful day, Hamburger Pimp vous conseille plus que vivement le Sono Sion, Mart1 demeure encore sous le charme de Miss Zombie et moi même a encore la joue endolorie par la claque The Rambler.

Le rendez-vous est donc pris dans un an, pour la vingtième édition.

 

Retrouvez toutes les critiques des films vus par l’équipe ici

 

Lullaby Firefly

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.