Critique de Ghost Graduation [L’Etrange Festival 2013]

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

 

Promocion Fantasma

de Javier Ruiz Caldera

Avec Raúl Arévalo, Javier Bódalo, Anna Castillo, Andrea Duro, Jaime Olías, Alexandra Jiménez

Rating: ★★★★☆

 

Modesto, jeune professeur ayant le don de voir les morts, est embauché dans un lycée hanté par les fantômes de cinq étudiants morts dans un incendie 20 ans plus tôt.  Son don, jusqu’alors vécu comme une malédiction, va s’avérer bien utile pour sauver la réputation de l’école et de sa jolie directrice.

Javier Ruiz Caldera, à qui l’on doit Spanish Movie, parodie de films fantastiques espagnols récents, signe ici son second long métrage. Poursuivant son exploration de la comédie fantastique, puisant cette fois-ci ses références chez Sam Raimi ou Peter Jackson, le réalisateur se détache pourtant avec Ghost Graduation de la simple parodie pour s’orienter vers une comédie plus proche d’Edgar Wright ou de Detention de Joseph Kahn, détournant les codes pour en faire des gags,  jouant sur les attentes usuelles des spectateurs dans ce genre de film, pour mieux les surprendre,  conférant à l’ensemble un côté vintage en distillant des références fortes à la culture pop.

 

Néanmoins, Ghost Graduation ne joue pas sur les codes du film de ghost story ou de maison hantée dans le sens horrifique du terme, mais à la comédie de fantômes des 80’s, comme SOS Fantômes, Beetlejuice ou Evil Dead 3 (pour le squelette), etc., car les fantômes dans Ghost Graduation ne sont pas là pour effrayer.  Les 80’s sont en effet la référence phare, la seconde étant les comédies de John Hugues,  le groupe de lycéens fantômes n’étant pas sans rappeler celui de Breakfast Club (Dani, leur leader, est un sosie de John Bender)  Sa comédie en est donc bien une et ne déroge pas de ce principe, contrairement à Detention ou la trilogie Cornetto, dont le genre qu’ils paraphrasent reprend souvent le dessus à la fin du film. Le mélange de ces deux références donnent ainsi lieu à des scènes hilarantes, Caldera jouant sur l’aspect invisible de son motif et le caractère fantasque d’un ado de 16 ans. Ajoutez à cela un brin d’humour à l’espagnol, n’hésitant pas à s’accorder quelques farces potaches, insérant quelques gags border pipi-caca-cul, mais qui, disséminés avec soin et goût, parviennent à s’intégrer à l’ensemble sans le faire basculer dans la comédie débile.

Caldera réussit son pari, ne se contentant pas de la référence vintage, mais réussissant à faire une vraie comédie fantastique à la mode 80’s. Toujours plus inventif dans ses scènes comiques, Ghost Graduation est une comédie de genre légère mais constamment drôle, maitrisée et ingénieuse, qui fonctionnera aussi bien sur la génération Breakfast Club que sur la suivante. Et probablement celle d’après.

Lullaby Firefly

 

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.