L’Etrange Festival 2013 dévoile sa programmation

 
 
 

Pour cette 19ème édition, l’Étrange Festival reprend ses quartiers au Forum des Images de Paris, du 5 au 15 septembre. Cette édition promet cette année encore son lot de découvertes cinématographiques bizarres, sombres, effrayantes, surprenantes…  Autant d’expériences et de grands frissons en perspective.

Cette année, le festival s’ouvrira  sur l’avant première de  The Agent de Seung-wan Ryoo, dont le précédent film, The Unjust avait été présenté au festival en 2011 et se clôturera sur le nouveau Vincenzo Natali, Haunter, dont nous vous avions présenté la bande annonce il y a quelques semaines. Une fois encore, les festivaliers pourront croiser de grands habitués du festival, comme l’anglais Ben Wheatley, qui viendra présenter son dernier bijou expérimental et sensitif, A Field in England, en compétition pour le prix Nouveau Genre. Les fans de Sono Sion auront le plaisir de découvrir le dernier film du cinéaste japonais, Why Don’t You Play in Hell?, en compétition, mais également un de ses films inédits en France,  Bad Film, datant de 1995. Jim Mickle, auteur de Mulberry Street, dont le précédent opus Stake Land, avait été présenté en compétition en 2011, revient cette année avec We are what we are, remake ricain du film de cannibales de Jorge Michel Grau, Ne nous jugez pas. Calvin Lee Reeder, dont le premier long, The Oregonian, avait également été présenté en 2011, sera cette année en compétition avec The Rambler. Les israéliens Aharon Keshales & Navot Papushado, auteurs de Rabies, concourront également pour le prix Nouveau Genre avec Big Bad Wolves, de même que Wrong Cops, nouvelle perle surréaliste signée Quentin Dupieux.

A Field in England

L’allemand Marvin Kren, remarqué avec son précédent métrage, Rammbock, présentera  The Station.   A toute bonne édition son bon thriller sud-coréen, cette année, ce sera à Confession of Muder de Byeong-gil Jeong  d’être à la hauteur de la réputation de ces compatriotes dans le genre.  V/H/S 2 , suite du film à sketches, sera aussi présenté en compétition, regroupant cette fois -ci des segments signés  Adam Wingard (You’re Next), Jason Eisener (Hobo with a shotgun), Eduardo Sanchez( un des mecs de Blair Witch) ou encore Gareth Evans  (The Raid).

Hors compétition, les festivaliers pourront découvrir en avant première 9 mois ferme d’Albert Dupontel, en sa présence, l’acteur réalisateur français faisant également l’objet d’une carte blanche où il présentera des choix aussi éclectiques et cultes que son univers, avec notamment La Chienne de Renoir, Folies de Femmes de Stroheim ou All That Jazz de Bob Fosse.  Une seconde carte blanche sera accordée à l’artiste activiste Jello Biafra alors que le focus de cette 19ème édition sera consacré au réalisateur Stephen Sayadian. A noter également deux documentaires de Richard Stanley, L’Autre monde et The Secret Glory, tous deux présentés en présence du réalisateur, ainsi qu’un documentaire signé Hennenlotter sur la Sexploitation. Un hommage sera rendu à Martine Beswick (Dr Jekyll & Sister Hyde) et un second sera consacré à Caroline Munro (Maniac, Starcrash), tous deux en leur présence. Enfin, un film surprise en avant-première est prévu, en présence de son réalisateur (on se prend alors à rêver: Alex de la Iglesia ? Cattet/Forzani ? Bong Joon-ho ?).

Niveau Pépites de l’Etrange, le festival nous gâte encore cette année puisque seront présentés La Belladone de la tristesse, anime érotique d’Eiichi Yamamoto  (Le Roi Léo), le film collectif Cheeseburger Film Sandwich (qui contrairement à son titre en VF n’est pas une suite de Hamburger Film Sandwich) ou encore Desperate Living, premier John Waters sans les Dreamlanders, troupe déjantée avec laquelle il fit ses premières armes cinématographiques. Waters sera également mis à l’honneur lors d’une nuit consacrée à son égérie, Divine, où seront projetés Female in Trouble et Polyester (en odorama), ainsi que Lust In The Dust de Paul Bartel (La Course à la Mort de l’An 2000). Une seconde nuit sera consacrée au thème des Bad Girls.

De belles rencontres, des expériences ciné inédites, des découvertes, cette année encore, l’Etrange Festival présage de grands moments de cinéma.

Lullaby Firefly

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Lullaby Firefly

Créature assemblée par les mains expertes d’un obscur savant fou d’origine bavaroise à l’accent tranchant comme un scalpel, Lullaby Firefly profite chaque année de la nuit d’Halloween pour s’illustrer dans quelques macabres méfaits, comme le vol de sucettes et le racket d’oursons en gélatine. Oubliant souvent sa tête dans le frigo, rempli de restes de villageois qu’elle affectionne particulièrement, elle se rend régulièrement dans la clinique du Docteur Satan pour un petit rafistolage express, secret de son éternelle jeunesse.