Critique de Man Of Steel

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 4.0/5 (5 votes cast)

 

Man of steel

De Zack Snyder

Avec Henry Cavill, Michael Shannon, Russel Crowe, Kevin Costner, Amy Adams, Diane Lane

Etats-Unis, Canada, Grande-Bretagne – 2013 – 2h20

Rating: ★★★★☆

Krypton, planète lointaine à l’espèce brillamment et excellemment évoluée de 100 000 ans de civilisation. Krypton, planète aux abois aux ressources naturelles épuisées, à la destruction prochaine. Mais Jor-El, scientifique, garde espoir, et cet espoir… Est son fils, Kal-El. Pour être sauvé de la fin imminente de Krypton, le nourrisson est envoyé sur Terre, dans le Kansas…

Zack Snyder est un réalisateur à débat à Celluloïdz, certains adhèrent à son style d’autres non, comme moi. Mais de cette plus ou moins prise en main par Christopher Nolan, qui est à la production et aussi au scénario, il y a un défi intéressant. En effet, l’anglais posant moins débat que le californien, s’est occupé de la trilogie de l’homme chauve-souris avec un traitement nouveau du super-héros (déjà évoqué sur Celluloïdz). Si cela concerne un super héros nocturne, Zack Snyder se voit confier l’opposé : un super héros diurne, solaire et rayonnant, d’ailleurs il tire ses facultés des rayons du soleil. Il est rejoué aussi la figure double du père, quand Bruce Wayne avait des bons contacts avec son père puis avec Alfred, Henry Cavill se retrouve avec Papa Russel Crowe et Papa Kevin Costner, rien que ça !! Quand l’australien apprend à jouer la bienveillance l’américain rappelle qu’il est un bon acteur.

Et de ce postulat, le récit se révèle complexe, en même temps c’est la formule Nolan. Oui, une partie d’exposition assez longue, on apprend ce qu’était Krypton, des flashbacks rappelant que Superman est la figure du juif errant (notamment la mort de Jonathan Kent ou le périple de Clark à travers le monde) sur l’enfance et l’adolescence du personnage principal, la découverte des pouvoirs et un méchant classe, Michael Shannon quoi, sont les éléments épiques ayant servi à Christopher Nolan et servent maintenant à Zack Snyder, ce qui lui manquait cruellement. Car de ses scènes d’action époustouflantes, je reconnais le talent technique du californien, il y a très peu d’émotions et de sophistications dans l’ambiance avant et après ses pyrotechnies, afin de donner une dimension de grandeur, c’est désormais chose faite. De plus,  ce sixième long-métrage dépasse de loin, d’un point de vue esthétique, le combat cultissime entre Neo et Mr Smith dans Matrix Revolutions et de même le combat de fin de Crazy Kung-Fu. On peut alors affirmer, aujourd’hui, pouvoir mettre en scène au cinéma des scènes de combat digne d’anime de renom comme Dragon Ball Z, ce qui est une marque de complexité, de la baston lisible de grande ampleur. E la dernière marque est bien sûr le dilemme proposé au héros, choisir entre les siens ou les humains qui l’ont plus ou moins adopté, de là… Superman peut-il tuer?

Man of steel ouvre les festivités pour l’été, sans avoir fait du mec à collant bleu rouge un boyscout, nous fait oublier le très moyen Sucker Punch et peut nous faire rêver à un possible projet Justice League

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

Critique de Warm Bodies – Renaissance
Romero & Juliette
Critique de Dreamscape
Dans tes rêves !
Chips-Movie: Hellsing Ultimate" style=" background: transparent url(http://www.celluloidz.com/./wp-content/uploads/2016/11/hellsing-ult-150x74.png) no-repeat scroll 0% 0%; width: 150px; height: 150px; ">
Chips-Movie: Hellsing Ultimate
Mauvais sang

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…