Critique de Epic: la bataille du royaume secret

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

 

Epic

De Chris Wedge

Avec les voix de Amanda Seyfried, Josh Hutcherson, Steven Tyler

Etats-Unis – 2013 – 1h42

Rating: ★★★☆☆

Après le décès de sa mère, Mary Kate rend visite à son père avec qui elle a peu de contact. En effet, ce dernier se passionne pour un monde infiniment petit où des petits êtres se livrent une guerre sans merci, les hommes-feuilles et les boganes…

Il faut quand même le dire, car c’est assez flagrant, l’histoire dans son exposition rappelle beaucoup Arthur et les Minimoys. La maison isolée dans la forêt, une prophétie à accomplir, l’importance du solstice d’été ou autre évènement diurne ou nocturne etc… La ressemblance s’arrête là car le film d’animation se tourne vers les thématiques du rapport « parent absent- enfant qui est devenu adulte » et bien sûr du récit initiatique, avec une touche de romance… Non je plaisante, ça continue encore dans la ressemblance avec l’œuvre de Luc Besson car le monde miniature présenté, entre système féodal et adversaire aux allures de barbare, installe un manichéisme d’énième lutte entre le bien qui EST tout le temps bien et le mal qui est mal sans explication. On aurait pu croire à une thématique écologique, comme Miyazaki et son studio Ghibli, mais non, pas vraiment. Néanmoins, les seconds rôles équilibrent par leur attitude humoristique (même si la formule du duo comique est rabâchée)et décalée (le prêtre chenille)

Alors, que peut proposer la nouvelle production Fox dans l’innovation et la particularité ? On peut tendre vers le travail graphique extrêmement soigné dans un jeu des échelles. Bien plus intéressant sur ce point-là que l’adaptation d’Alice, cet effet de ce monde miniature arrive à rendre les souris effrayantes et les humains comme des géants débiles et insouciants. En plus du jeu de la taille, il y a le jeu de la vitesse: les hommes feuilles sont rapides pour l’œil humain et possèdent des facultés physiques prodigieuses. Ce rapport continu est très plaisant et nous rappelle le film culte Chérie, j’ai rétréci les gosses.

Moins drôle que Rio mais vraiment plus « épique ».

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…