La bande-annonce du nouveau Riddick dévoilée

.

.

La bande-annonce de Riddick vient de tomber et ce qui est clair c’est qu’elle ne semble pas nous mentir sur le film à venir, qui semble conserver toutes les qualités déjà présentes dans Pitch black et Les Chroniques de Riddick. Si la suite de l’année 2013 s’annonce chargée en SF, on espère que le film de Twohy ne sera pas traité en catimini par les médias et que son score dans les salles rattrapera le résulat mitigé des Chroniques de Riddick, qui fut injustement boudé par le public à sa sortie.

Les chroniques de Riddick, sorti en 2004, est le dernier film de SF en date de David Towhy (son genre de prédilection), et assurément l’un des meilleurs métrages du genre produit dans les années 2000. Accompagné du tout aussi bon Pitch black sorti quatre ans plus tot, Twohy y proposait  un personnage charismatique nommé Richard B. Riddick (meilleur rôle de Vin Diesel, facile) et une approche aussi différente que complémentaire au travers des deux films. Là où le premier se plaçait directement dans la lignée du survival à la Alien, le second proposait une science-fiction plus épique, où l’iconisation de Riddick était encore plus appuyée par l’univers mythologique mis en place.

Riddick semble trouver le juste milieu entre ces deux approches, la mythologie et les grandes fresques visuelles semblent toujours présentes mais accompagnée d’un traitement plus proche de celui employé dans Pitch Black, à savoir plus minimaliste et peut-être moins penché vers le space opera. L’une des raisons de ce choix est certainement le maigre budget (pour un film de science-fiction américain) accordé au film, qui avec ses 38 millions de dollars est plus proche du budget de Pitch Black (23 millions de dollars) que de celui des Chroniques de Riddick qui s’élevait à 110 millions de dollars. Le survival est donc de retour avec l’apparition des créatures, tout comme le mal à figure humaine, faisant ainsi le lien avec les deux films précédents. A cet égard, le titre du film, sobrement intitulé Riddick, semble bel et bien annoncer un retour aux sources.

Si le budget bien moins conséquent sur cet opus n’est pas forcément un mal en soit (le cinéaste semble avoir de la réserve niveau créativité), il est triste de remarquer la petite place accordée à David Twohy dans la paysage cinématographique américain, réalisateur bien trop mésestimé qui avec ces deux films et le très réussi The Arrival (1996) aura offert de biens belles réussites de séries B divertissantes et intelligentes. En parlant de série B, on peux la respirer à pleins poumons dans cette bande-annonce qui prédit une oeuvre décomplexée, se rapprochant de titres tels que Ghosts of Mars de John Carpenter ou Blade 2 de Guillermo Del Toro à travers l’esprit groupé de cette escouade. A noter que la comparaison au cinéma de Carpenter ne s’arrête pas là puisque le personnage campé par Vin Diesel renvoie à de nombreuses reprises à un personnage majeur de la filmo de Big John, à savoir Snake Plissken. Les deux personnages partagent cette vision du héros de SF solitaire, seul contre tous, et n’ayant confiance qu’en lui-même. Et si le travail de Twohy semble clairement inspiré par bon nombre d’oeuvres cultes, l’influence de son travail n’est pas pour autant à dénigrer, l’un des plus bels exemples étant notamment les conivences présentes entre Pitch Black et un certain The Descent réalisé par Neil Marshall en 2005.

Fin des éloges, place à l’attente qui nous fera patienter jusqu’au 18 Septembre pour apprécier sur grand écran ce qui s’annonce comme un très bon film de science-fiction, que demander de plus !

 

Nico Darko

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

About Nico Darko

Depuis sa rencontre nocturne avec un lapin géant lui prédisant la fin du monde s’il ne lui filait pas son portefeuille, Nico Darko a décidé qu’il était temps pour lui de se calmer sur une certaine boisson à base de malt et de houblon. Désormais, il se consacre à sa nouvelle passion pour les emballages alimentaires de marque péruvienne, mais il lui arrive aussi de vaquer à des occupations bien plus banales comme participer à des tournois de bowling avec son coéquipier Jeff Lebowski ou discuter littérature avec son ami Jack Torrance (dont il n’a d’ailleurs pas eu de nouvelles depuis l’hiver dernier).