Critique de Voyage au bout de l’enfer

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)

 

The deer hunter

De Michael Cimino

Avec Robert De Niro, Christopher Walken, Meryl Streep, John Savage

Etats-Unis – 1978 – 3h

Rating: ★★★★★

Mike, Steven et Nick, trois amis métallurgistes amateurs de chasse au cerf s’engagent dans la guerre du Vietnam. Mais au préalable, Steven va se marier et Nick est son témoin. Seraient-ce leur dernier moment de bonheur avant l’envoi sur le front?

Michael Cimino nous raconte à nouveau une histoire de potes, mais à la différence de la vie autrement de dandy-bohème-hippie qu’il nous présentait dans son premier film, ce second long-métrage s’oriente plus vers une critique politico-sociale. En effet, d’un principe cérémonial, que ce soit un mariage religieux ou la chasse, le réalisateur nous montre un équilibre qui disparaîtra peu à peu pour ne jamais réapparaître. La première partie nous montre une communauté joviale, je me demande d’ailleurs si les acteurs ont improvisé durant la séquence de mariage, mise à part l’attitude mutique de Mike en pitoyable dragueur. Pour la chasse, c’est à nouveau la figure des grands espaces naturels cher à Cimino: le minéral, le végétal, la roche, la montagne, les motifs de brouillard, la communion avec la nature voire sa dramaturgie avec la quête du saint-Graal qui est un cerf  « qu’on ne peut abattre que d’un coup ». D’ailleurs souvent l’image d’un cerf dans la forêt est une allégorie de l’élégie, quelque chose d’à la fois triste, tendre et poétique, le lyrisme.

De la magnifique ponctuation d’une musique jouée au piano par le tenant du bar où traînent la bande d’amis, nous sommes plongé dans la nature sauvage et hostile. le napalm, les innocents tués, l’exode, on ne comprend que le malheur, l’horreur et la détresse. Pourquoi alors Mike, Steven et Nick y sont partis? On demandera à Mike quand il rentrera si « les États-Unis ont gagné ». Quant à la séquence de la roulette, le tournant du film, elle explique la folie s’installant chez chacun des personnages, qui les rendra différent, pour ceux qui reviennent ou non. la guerre devient le symbole de la séparation de ces trois amis, sans espoir.

La force de ce film, tout comme les autres films du Nouvel Hollywood traitant de la guerre du Vietnam, est qu’on aborde de front le plus grand traumatisme de la seconde moitié du vingtième siècle des Américains dès le départ des hostilités. Pour ce qui est maintenant avec le 11 septembre 2001, il n’y a eu aucun chef d’œuvre ni vrai film abouti (mise à part les allégories poussées comme Cloverfield de Matt Reeves) et la crise de 2008, faudra attendre. Second film de Michael Cimino et déjà un chef d’œuvre.

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

Critique de Jackie Brown
Street Life
Critique de Vidéodrome
Naissance de la Nouvelle Chair
Critique: New York 1997" style=" background: transparent url(http://www.celluloidz.com/./wp-content/uploads/2014/10/NEW-YORK-1997-150x150.jpg) no-repeat scroll 0% 0%; width: 150px; height: 150px; ">
Critique: New York 1997
My name is Plissken

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…