Critique de Hôtel Transylvanie

VN:F [1.9.22_1171]
Notez ce film
Rating: 1.0/5 (1 vote cast)

 

Hotel Transylvania

De Genndy Tartakovsky

Avec les voix de Adam Sandler, Andy Samberg, Selena Gomez

Etats-Unis – 2012 – 1h30

Rating: ★★★★☆

Dracula, élève seul sa fille Mavis. Et pour cela, il a décidé de créer un lieu où sa fille sera toujours protégée: un hôtel pour monstres en tout genre. À la veille des 118 ans de sa fille, Dracula essaie de la dissuader de sa volonté de partir à la découverte du monde avec une supercherie. Si le résultat est positif, cette supercherie amène un certain visiteur, humain…

Dans la lignée de L’étrange pouvoir de Norman, voire Les mondes de Ralph pour un traitement de la culture geek et nerd, ce long-métrage d’animation est une comédie monstrueusement familial. En effet, le récit fait rencontrer une fille qui n’est jamais sortie de chez elle, face à un baroudeur à sac à dos qui a parcouru le monde, et cela évidemment que cela ne plaît pas aux parents. D’ailleurs il y aura une réflexion en humour sur le racisme plus maladroit que vrai des parents qui voient leur enfant s’amouracher d’une personne trop différente d’eux. Alors rien de mieux que de réunir tout le bestiaire fantastique de la culture populaire et de leur mettre des marmots ou d’en faire des célibataires endurcis. S’ensuit une seconde prouesse, faire croire qu’en tant qu’adultes responsables ces mêmes monstres sont vieux jeux, comme jouer au bingo.

Alors vient la troisième : prouesse comment l’étranger, l’intrus, chamboule tout dans le bon sens? Le récit s’essaie de le définir comme le jeune postmoderne. C’est-à-dire qu’il s’intéresse à tout, ouvert à toute expérience, une grande sensibilité (le lever de soleil avec un vampire, fallait le faire) et une curiosité immense. Et par ce biais-là, ce personnage rejoint une des idées chères à Guillermo Del Toro: la sympathie envers les monstres plus que la peur qu’ils invoquent avec en summum la séquence du festival de monstres. Par contre je ne savais pas que Quasimodo était un personnage se rapportant au bestiaire fantastique, on en fait un cuisinier ayant comme compagnon une souris (Ratatouille?).

L’humour parcourant le film n’est pas juste pour les enfants, il est par moment osé. De plus, il y a une pique sur Twilight… Un film d’animation qui peut mériter son coup d’oeil même si vous avez plus de 12 ans.

Hamburger Pimp

Partager cet article
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • email

Ca peut également vous intéresser:

About Hamburger Pimp

Rônin durant l’ère Edo au 17ème siècle, mais persuadé de venir d’ailleurs, il fût de l’armée de samouraïs chargée d’exterminer des carcasses à moitié vide de zombies peuplant un domaine proche du mont Fuji, dirigé par un seigneur cannibale. Des victimes revenus en bourreaux peut-on dire. Il fût le seul survivant des sabreurs, blessé par une marque maudite, qui par moments le zombifie le poussant à rechercher de la chair fraîche mais allongeant sa vie considérablement, le rendant encore vivant aujourd’hui. Depuis il traque des zombies à travers le monde et le temps, à bon prix, ce qui l’a poussé à se faire passer pour un dirigeant de société de cinéma spécialisée dans les effets spéciaux gores alors que ce sont les zombies tout juste repassés par sa lame précise. Il lui arrive souvent de récupérer du sang afin de le réinjecter dans la terre d’un bonsaï conservé depuis des siècles. Cet arbre minuscule, pourrait être la clé de son salut face à sa fatalité…